Greenpeace atteint du cancer de « l’à-peu-près ? »

Hier matin, Greenpeace a publié une étude bâclée contre l’élevage français. La mode actuelle pour les ONG, c’est de faire des cartes. Greenpeace a donc dressé sa propre carte des élevages qui sont soumis aux obligations des établissement classés.

Bien évidement ces élevages seraient des « gros » donc des affreux industriels qui pollueraient. Sauf que l’étude de Greenpeace est frelatée :

1) Greenpeace « oublie » de préciser que souvent ces élevages sont des regroupements sous forme sociétaire avec plusieurs éleveurs.

2) Greenpeace fait un lien avec le montant des primes PAC attribuées à ces structures sociétaires et laisse entendre que ce sont les activités d’élevage (porc et volaille) qui génèrent des primes PAC. Ce qui est totalement faux. Les primes sont liées aux surfaces en culture de ces exploitations. Les primes animales (les ruminants) sont plafonnées par exploitation et prennent en compte la structure sociétaire avec le nombre d’agriculteurs associés. Greenpeace le sait mais préfère produire des fake-news.

3) Sur la qualité de l’eau, Greenpeace fait passer à la trappes les rapports officiels qui eux, montrent clairement une nette amélioration.

Une nouvelle fois les fausses informations sont reprises intégralement sans analyse y compris par la presse régionale. Celle-ci serait pourtant la mieux placée pour remettre à sa juste dimension les info de l’ONG militante. C’est le cas de Ouest France qui fait un copier-coller des fakes news de Greenpeace. Ouest France ne sera pas crédible lorsque l’éditorialiste publiera en Une un long édito larmoyant sur la perte de confiance dans les institutions dont la presse !

 

email
Commentaires
  1. douar
    • Max
  2. Ernst
    • JG2433
    • yann
    • dom
  3. yann
  4. Marcel

Envoyez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *