Phytos : Générations Futures (de nouveau) pris en flagrant délit de manipulation

Enfin un média qui ose dénoncer les mensonges et tentatives de manipulation de Générations Futures !

« Une bonne partie la presse française (exemple) est à nouveau tombée dans le panneau » déplore L’Est-Éclair.

Le quotidien de Troyes a tiqué quand il a appris que « l’Aube serait cette année encore le département de France où l’on épandrait le plus de pesticides. À des doses totalement phénoménales puisque le département aurait utilisé 3 276 tonnes de pesticides en 2017 quand, par exemple, la Nièvre en aurait utilisé 62 tonnes. Bienheureux Nivernais ! »

Vérification faite (le travail de base du journaliste), « Générations Futures, l’association écologique à l’origine de cette carte nationale des pesticides, a fait la même bourde que Cash Investigation ou France Info en 2016. Elle a cru que les déclarations de ventes de pesticides par département correspondaient aux quantités épandues localement. Ce qui n’est évidemment pas le cas. »

La méprise de Générations Futures s’explique par le fait que :

« L’Aube compte à Nogent-sur-Seine, avec le groupe Soufflet, le premier collecteur privé de blé. Un groupe qui travaille avec des agriculteurs basés dans vingt départements. Or tous les produits phytosanitaires vendus par Souffet sont déclarés… dans l’Aube. Idem pour Cristal Union, dont le siège est à Villette-sur-Aube, ou encore pour la Scara, la coopérative céréalière dont le siège est à Arcis-sur-Aube. »

Or la base de données des ventes de distributeurs (BNVD) utilisée par Générations futures ne donne qu’une donnée : celle des ventes des distributeurs par département. « Elle n’a jamais indiqué l’endroit où les produits étaient utilisés. Pour l’anecdote, Générations futures a identifié le problème en découvrant que 3,6 tonnes de pesticides avaient été vendues… à Paris. Elle n’en tire, malheureusement, aucune conclusion » regrette L’Est-Éclair.

Au contraire, ces manipulateurs « écartent l’anomalie d’un revers de main et affirment que les déclarations de ventes de pesticides correspondent plus ou moins à l’endroit où ils sont utilisés. Ils affinent alors leur étude, en divisant les quantités de pesticides vendus par département par la surface agricole utile de chacun d’entre-eux. » Quand Générations Futures écrit que « cette carte, permet de faire apparaître l’intensité de l’utilisation des pesticides dans chaque département », il s’agit d’une « extrapolation totalement erronée » dénonce le quotidien régional, et nous avec !

email
Commentaires
  1. Visor
    • eric17
      • Seppi
        • eric17
  2. yvesdemars
  3. Daniel
    • Daniel
      • Visor
  4. Albatros
    • Daniel
      • Visor
        • Raùl-Hugues
      • Seppi
    • eric17
      • JG2433
  5. dom
    • un physicien
  6. Bebop76
  7. Bebop76
  8. Marco
    • Visor

Envoyez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *