Le lobby bio à l’Assemblée pour un colloque sur les PE

Le thème du « colloque santé environnement » qui a lieu ce lundi 15 octobre 2018 ? « Perturbateurs endocriniens : impacts, avancées et demain ? » Il est organisé par la Fondation Léa Nature / Jardin Bio, avec l’association Générations Futures, la Fondation Lemarchand et le site Reporterre. Le député invitant, qui permet la tenue de cet événement à l’Assemblée, est Olivier Falorni.

Les lobbies sont de retour à l’Assemblée. Inviter Léa Bio dans un colloque sur les perturbateurs endocriniens, c’est comme inviter Monsanto à un événement sur les phytos. Dans un cas, cela ne choque personne, dans l’autre… En fait, on ne sait pas, cela n’arrive jamais. Même quand Monsanto n’est pas là, il y a des députés écolos complotistes pour dénoncer l’ombre de la multinationale. Le lobby Léa Nature apparaît factuellement et il n’y a aucun élu pour le dénoncer.

2° « Ils sont présents un peu partout dans notre environnement : eau, cosmétiques, produits d’hygiène, médicaments, plastiques, jouets, emballages alimentaires, résidus de pesticides dans nos assiettes… Les perturbateurs endocriniens, ce sont ces substances chimiques qui peuvent modifier le système hormonal, et causer des maladies comme le cancer ou des troubles de la fertilité » écrivent les organisateurs du colloque. Ils oublient de préciser que les perturbateurs endocriniens sont aussi présents dans les shampooings anti-poux de Léa Nature à destination des enfants. Mais chut, la multinationale bio aime faire croire qu’elle se mobilise contre les PE.

3° Générations Futures n’a rien à faire à l’Assemblée, lieu sérieux de débat : l’association est réputée pour son discours partial, sous influence et bourré d’approximations quand il n’est pas tout simplement délirant.

email
Commentaires
  1. Visor
    • Zygomar
  2. Daniel
  3. Anonyme

Envoyez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *