Quand « Science et Vie Junior » contredit le plan national de santé pour les ados

C’est Apocalypse Now dans les ciboulots de nos ados. Enfin, de ceux, de moins en moins nombreux, abonnés à Sciences et Vie Junior (diffusion payée : 142 000 exemplaires en 2017-2018, -8,15% sur un an). « La viande, on en mange trop », les sermonne le mensuel dans son numéro d’août 2018. « Si nous réduisons notre consommation, la planète, les animaux et notre santé s’en porteront mieux » continue SVJ car selon lui, l’élevage « nécessite trop de place », « réchauffe la planète », « fait souffrir les animaux » en les « entassant dans de grands bâtiments ». Un dossier tout en nuances, n’est-ce pas ! Ce qui ressemble de plus en plus à un tract de L214 a la solution : le « flexitarisme » avec la consommation de viande un jour sur deux. Mais, comme le note La France Agricole du 7 septembre, « c’est faire fi des recommandations du plan national de santé pour les enfants et adolescents : une ou deux fois par jour de la viande, du poisson ou encore de l’oeuf ».

email
Commentaires
  1. Anonyme
    • Anonyme

Envoyez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *