Charges sociales et sortie du glyphosate : les prix des fruits et des légumes vont exploser

La fin de l’exonération sur les charges sociales (TO/DE) des emplois saisonniers et la sortie du glyphosate font craindre une nouvelle hausse des prix des fruits et des légumes.

« Augmentations de prix inévitables » en raison du renchérissement des prix de revient

Interfel, une association loi 1901 qui rassemble et valorise tous les métiers de la filière des fruits et légumes frais, s’inquiète dans un communiqué du 23 août de la baisse du volume d’achats sur la période janvier-juin 2018, environ -3% « par rapport à 2017 et à moyenne 3 ans ». Si « les professionnels de la filière sont mobilisés et engagés dans des démarches de progrès », Interfel estime que les fruits et légumes sont « soumis à des mesures décrétées par les pouvoirs publics qui ne pourront que se traduire par un renchérissement de leur prix de revient » dans les mois qui viennent, citant la réforme sur les charges sociales (CICE, TODE) et la sortie du glyphosate. « Des augmentations de prix au niveau consommateur seront inévitables » juge Interfel qui demande un appui de l’État « efficace et applicable en particulier en matière de charges et de fiscalité pour l’ensemble des fruits et légumes frais, y compris au bénéfice des consommateurs ».

Le prix de la carotte en hausse de 43% sur un an, celui de la pêche de 18% !

Ces prévisions paraissent d’autant plus réalistes qu’elles font suite à des hausses importantes. Ainsi, entre 2017 et 2018, « les familles ont payé leurs fruits et légumes 4,5 % plus cher, en moyenne », note l’association Familles Rurales dans la douzième édition de son Observatoire des fruits et légumes publié le 23 août. L’enquête se base sur des relevés de prix de 8 fruits et 8 légumes par 54 « veilleurs » dans 33 départements, du 4 au 10 juin 2018 puis du 2 au 8 juillet 2018. 1 kg de fruits coûte 3,91€ en moyenne en 2018, « soit une augmentation de 4 % par rapport à 2017 », poursuit Familles Rurales, alors que le kilo de légumes se fixe à 2,25€, « soit une augmentation de 5% ». 5 fruits et 3 légumes connaissent des hausses « remarquables » dont la pêche (+17,9 %), la nectarine (+17,3 %), la pomme (+15,6 %) pour les fruits et la carotte (43,3 %) ou la courgette (+13,1 %) pour les légumes. Suivre les recommandations de l’OMS et « manger cinq fruits et légumes par jour » coûtera ainsi 160€ par mois en moyenne à une famille de 4 personnes, « soit une hausse de 4,5% par rapport à 2017 », indique Familles Rurales.

Des fruits pour les privilégiés, pas pour les Français moyens

On résume la situation : à cause de ce gouvernement et alors que les Français consomment trop de sodas et pas assez de fruits et légumes (un quart seulement en consomme cinq par jour) faute d’assez de temps et d’argent, les prix de ceux-ci vont augmenter. Grâce à Hulot, Travert et Cie, l’obésité a de beaux jours devant elle dans notre pays !

email
Commentaires
  1. Marc
    • Visor
      • ernst
        • Zygomar
          • ernst
            • ernst
            • Zygomar
              • douar
      • ernst
        • yann
    • Zygomar
      • Seppi
        • Anonyme
          • Albatros
        • Zygomar
  2. Raùl-Hugues
  3. Anonyme

Envoyez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.