Encore une boucherie attaquée par des vegans, cette fois dans les Yvelines

C’est « une première dans les Yvelines, et sans doute aussi en région parisienne » explique France 3 Île-de-France. Une boucherie de Jouy-en-Josas a été attaquée par deux militants antispécistes dans la nuit du 1er au 2 juillet, en plein centre de cette petite ville de la vallée de la Bièvre. « Vitrine brisée en trois endroits par des impacts de pavés, porte d’entrée touchée… Une inscription « Stop spécisme » a été laissée à la peinture sur les lieux du forfait » relate la chaîne. « Ce sont des extrémistes. Ils sont fous. Ils ont droit de ne pas manger de viande mais casser une vitrine, faire des tags, ça ne rime à rien », commente une cliente, atterrée. Les bouchers attendent désormais des interpellations : « Les services de l’État sont suffisamment équipés pour pister différentes associations. Je crois que l’on peut trouver rapidement les coupables, et surtout les punir », estime Jean-François Guihard, président de la Confédération Française de boucherie, boucherie-charcuterie, traiteurs (CFBCT). Question de volonté politique, sans doute :

France 3 tente ensuite de distinguer gentils vegans pacifiques et méchants vegans violents en précisant que « les associations anti-spécistes condamnent ces violences ». C’est malheureusement faux, la 2e plus grosse association vegan, 269 Life France, refuse justement de condamner clairement ces délits, dont elle dit sérieusement douter qu’ils soient l’œuvre de groupuscules antispécistes :

Mais selon France 3 Lille qui les a rencontrés, ce sont bien des vegans qui sont derrière ces attaques. « Il n’y a pas une grosse préparation à faire. On prend un pavé, on le balance et voilà, c’est fini » explique un activiste antispéciste, le visage flouté, à une journaliste de la chaîne publique. « Ça reste que des vitres cassées. Ça souffre pas, ça tue personne. » Comme d’autres militants, aux profils variés, il dit vouloir causer le plus de dégât matériel possible afin de marquer les esprits, « quel que soit le prix, quels que soient les dommages collatéraux »…

Une cinquantaine d’attaques contre les boucheries ont déjà été répertoriées en France. Nos voisins ne sont pas non plus épargnés. Pour rappel, les antispécistes et autres vegans ne font pas la différence entre l’être humain et les animaux. Pour eux, tuer un animal, c’est comme commettre un crime. Manger de la viande, c’est l’encourager. Etc. Nombre d’entre eux souffrent en fait d’orthorexie, la maladie des écolos. C’est ce qui les empêche de comprendre que leur idéologie est mauvaise pour la santé comme pour la planète. Leur délire n’a aucune limite, certains veulent empêcher les lions d’attaquer les gazelles et les pucerons de s’en prendre aux feuilles tandis que d’autres prétendent militer contre « la souffrance végétale ». Bientôt, pour ces dingos, manger des petits pois équivaudra à commettre un génocide… On en est là !

email
Commentaires
  1. Anonyme
  2. AlainCo
  3. Seppi
    • Ernst
  4. Anonyme
  5. Albatros
    • MP
      • yann
        • MP
  6. un physicien
  7. Anonyme
    • Visor
  8. Anonyme