Les faucheurs de science contre la recherche publique

Jeudi dernier, une cinquantaine de militants environnementalistes du collectif Faucheurs volontaires ont occupé les locaux de l’ENS, à Lyon, et le laboratoire Reproduction et développement des plantes, dirigé par l’INRA (Institut national de la recherche agronomique). Que dénoncent nos faucheurs ? Le projet Genius, qui selon eux, « permet de préparer de nouveaux OGM à l’insu de la population et vise à améliorer génétiquement 9 plantes dont 7 alimentaires pour l’homme. »

Comme d’habitude, les faucheurs usent parfaitement de leur rhétorique pour transformer un simple projet de recherche en véritable machine infernale. Hélas pour eux, le projet Genius est tout sauf « caché ». Au contraire, ces initiateurs publiques et privés ont tout fait pour qu’il soit le plus transparent possible. Il suffit d’ailleurs de jeter un coup d’œil sur le web pour avoir toutes les informations. Le site de L’AFIS (que ne consultent sans doute pas nos faucheurs de peur de se faire irradiés) en a fait également une synthèse :

Le projet Genius s’inscrit dans un consortium labellisé par un GIS (Groupement d’Intérêt Scientifique), Biotechnologies vertes, qui comprend 30 partenaires et 300 personnels de recherche. La protection juridique des résultats repose sur la réglementation COV (Certificat d’Obtention Végétale), traditionnellement appliquée dans l’UE, plutôt que sur le brevetage qui offre aux agriculteurs moins de liberté dans la gestion de leurs semences. Il est prévu de délivrer des licences en priorité pendant les trois premières années aux acteurs directs du projet, aux membres du GIS pendant les trois années suivantes et après six ans à tous les demandeurs. Une préférence sera donnée, selon la politique en vigueur à l’INRA, aux PME et les licences seront gratuites pour les pays en développement. La publication des résultats se fera sans contrainte dès que les protections juridiques seront effectives.

Avec cette action et quelques jours avant l’occupation des locaux d’un groupe de l’agro-chimie, on se demande bien ce que les faucheurs font de leur journée!

email
Commentaires
  1. Ernst
  2. Seppi

Envoyez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.