Les producteurs français de cerises « sacrifiés » face aux Turcs

Indemnisation des arboriculteurs touchés l’année dernière par Drosophila suzukii (faute d’avoir eu le droit de lutter efficacement contre avec des phytos à base de diméthoate) non pérenne, traitements alternatifs proposés depuis l’interdiction inefficaces et clause de sauvegarde nationale (renouvelée le 6 avril dernier) n’empêchant pas les importations de cerises traitées au diméthoate, du fait de l’absence de douaniers et de frontières avec les pays voisins de l’UE… Les producteurs français de cerises ne cachent pas leur inquiétude, interdits qu’ils sont pour la 3e année consécutive d’utiliser ce phyto, le seul efficace contre Drosophila suzukii. Les autorités françaises ont dû penser que cela n’était pas encore assez : elles ont, par un arrêté du 5 mai, apporter une exception à la déjà peu efficace clause de sauvegarde nationale en réouvrant le marché français aux producteurs turcs. Inutile de préciser que ceux-ci ont le droit d’utiliser le diméthoate contre Drosophila suzukii même si la Turquie aurait présenté à la France des garanties allant dans le sens contraire. La Coordination rurale et le Mouvement de défense des exploitants familiaux dénoncent une décision qui « sacrifie » et « trahit » les producteurs français. Ce ne sera pas la première fois…

Lire aussi :
> Mauvais temps pour nos cerises

email
Commentaires
  1. Visor
  2. Daniel

Envoyez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.