Pierre Rabhi et les médecines alternatives

Dans un article récent d’Agriculture & Environnement, le journaliste Gil Rivière-Wekstein a fait de nouvelles révélations sur les liens troublants entre le professeur Gilles-Eric Séralini, le mouvement ésotérique Invitation à la Vie et la société de produits homéopathiques Sevene Pharma. Il y explique entre autres comment le militant anti-OGM collabore étroitement depuis plusieurs années avec la nébuleuse de l’association Invitation à la Vie (IVI), dont les adeptes sont convaincus des bienfaits thérapeutiques de deux « outils spirituels » à base de prières et de massages : l’harmonisation et les vibrations.

Le Dr Béatrice Milbert, adepte du mouvement iviste, tente une explication « scientifique » de leur démarche thérapeutique : « Le corps humain est son, lumière, énergie ; il est vibratoire. Ce sont là les découvertes de la médecine quantique. » Selon elle, « lorsqu’on touche quelqu’un (…) il y a une symphonie de signaux donnés par les harmoniques de notre vie rencontrant la vie de l’autre. (…) L’imposition des mains du Christ est un bel exemple de ce que les physiciens veulent nous faire comprendre ». Depuis quelques années, un groupe d’adeptes ivistes ont créé une société dénommée Sevene Pharma afin de lancer sur le marché une gamme de « remèdes » homéopathiques, et dont l’un de leurs experts et promoteurs n’est autre que Gilles-Eric Séralini, heureux de leur servir de caution scientifique.

Toutefois, dans le monde écologiste, le chercheur caennais n’est pas le seul à être séduit par les médecines « alternatives ». Ainsi, Pierre Rabhi a apporté son franc soutien au Colloque « Une espérance pour la santé de l’Homme et de la Terre » organisé le 17 juin à Montpellier. Ce colloque auquel participe Rabhi a été organisé par une certaine Dr Nadine Schuster, laquelle se présente comme « l’un des pionniers de la médecine quantique, médecine qui s’occupe de l’ensemble des interactions entre les champs quantiques émis et reçus par l’organisme vivant ». Or entre 1997 et 2002, elle a aussi été directeur scientifique de CNA Research, une société qui fut rebaptisée par la suite… « Sevene Pharma ».

Autre intervenante lors de ce colloque, la jeune Margaux Bounine-Cabalé aborde le sujet de l’agroécologie. Elle avait en effet mené un « projet de tour de France des pionniers de l’agriculture naturelle pour pouvoir me former au mieux mais aussi pour communiquer autrement sur ce sujet ». Or l’une des étapes de son tour de France a été le Domaine de Mazet, chez Marie d’Hennezel… adepte iviste, administratrice de Sevene Pharma et qui cultive les plantes destinées aux remède homéopathiques de Sevene. Pas très étonnant puisque la mère de la jeune agro-écologiste, Lorraine Bounine-Cabalé, est une responsable d’IVI qui était venue défendre son mouvement en février 2013 lors d’auditions au Sénat sur le thème « Dérives thérapeutiques et dérives sectaires : la santé en danger ».

Cette convergence entre écologisme et médecines alternatives est cependant assez naturelle. Rappelons-nous par exemple que les préceptes de l’agriculture biologique ont été au départ alimentés par des adeptes des médecines « alternatives » comme Rudolf Steiner, Paul Carton, Jacques-William Bas, Henri-Charles Geffroy, Mattéo Tavera…

 

Sources

https://www.agriculture-environnement.fr/2018/06/01/la-part-dombre-de-seralini-le-chercheur-persiste-et-signe
https://www.weezevent.com/la-sante-de-demain-colloque-2018
https://www.docteurnadineschuster.com/le-parcours-du-docteur-nadine-schuster/
http://happycultors.com/fr/mon-tour-de-francs-des-happycultors/
http://happycultors.com/fr/etape-2-marie-de-mazet-plantes-medicinales-cevennes/
http://www.senat.fr/rap/r12-480-2/r12-480-260.html

email