Pas d’alternative aux néonicotinoïdes dans au moins 6 usages

L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) a publié le 30 mai son rapport final sur les risques et bénéfices des phytos à base de néonicotinoïdes et de leurs alternatives. 130 usages autorisés des néonicotinoïdes ont été étudiés.

« Pour une majorité des usages, des alternatives (chimiques et non chimiques), suffisamment efficaces et opérationnelles, ont pu être identifiées ».

Dans six cas, « aucune alternative » répondant à ces critères n’a été identifiée, selon le rapport : lutte contre les mouches sur maïs, des insectes xylophages sur cerisier, certaines mouches sur framboisier, les pucerons sur navet, les coléoptères sur arbres et arbustes, les insectes du sol (hannetons) en forêt.

Le rapport de l’Anses souligne aussi que, pour la plupart des usages étudiés, l’interdiction d’utilisation des substances appartenant à la famille des néonicotinoïdes « risque d’entraîner une résistance accrue aux autres insecticides, en particulier pyréthrinoïdes, s’ils sont utilisés en alternatives ».

Allô les écolos ?

Source : Agrapress

email

Envoyez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.