3 diplômes n’ont jamais été un signe de compétence, la preuve avec Franck Dubourdieu

C’est Sud Ouest qui a publié hier une tribune de « défense » du cuivre écrite par cet ingénieur agronome, œnologue et médecin. 3 diplômes qui ne sont visiblement pas un signe de compétence en tout cas en ce qui concerne le cuivre. Absence de dangerosité pour les sols, pour l’être humain, la bouillie bordelaise est pour Franck Dubourdieu parée de toutes les vertus.

« Le cuivre n’est pas plus biocide que les désherbants et les antifongiques de synthèse » affirme l’ingénieur, faisant référence aux « experts de la vie du sol Claude et Lydia Bourguignon. Sauf qu’avec de telles références, on a de quoi s’inquiéter. Quid des travaux de l’INRA publiés l’année dernière ? Rappelons à notre chercheur que cet institut n’est pas une annexe de l’UIPP et que ses conclusions sont claires : « des concentrations excédentaires en cuivre ont des effets néfastes sur la croissance et le développement de la plupart des plantes, sur les communautés microbiennes et la faune des sols. Ces effets ont motivé des restrictions réglementaires d’usage (plafonnement des doses applicables par hectare et par an) et même les interdictions de son usage phytosanitaire prononcées par certains pays européens (Pays-Bas, Danemark) qui amènent à s’interroger sur les alternatives actuellement ou potentiellement disponibles pour limiter ou éviter le recours au cuivre

« Le cuivre n’est pas dangereux pour l’homme, il est même nécessaire comme oligo-élément ». Mais des chercheurs commencent à s’interroger sur le rôle du cuivre dans la maladie de Parkinson. Quand certains invoquent à tout-va le principe de précaution, notre chercheur l’ignore totalement.

« A l’inverse, les vignes conventionnelles perfusées de pesticides de synthèse très nourriciers, ont plus de vigueur et nécessitent ces pratiques contre-nature pour éliminer des raisins. » On ne savait pas que les pesticides pouvaient être « nourriciers ». Merci de nous l’apprendre !

-« L’absence de résidus de pesticides de synthèse dans les vins Bio, témoigne, en général, de leur grande pureté aromatique ». Franck Dubourdieu ferait-il référence aux « recherches » du Professeur Séralini sur les arômes du vin avec et sans pesticides ? A défaut d’être de la science, les « élucubrations » du professeur Séralini font au moins des moments d’anthologie à la télévision.

-Et le meilleur pour la fin : « Le cuivre connaîtra-t-il le même sort – mais inverse – que le glyphosate (Roundup) réputé CMR (Cancérigène, Mutagène, Reprotoxique), dont la reconduction controversée de l’homologation a été dictée par les lobbyistes de l’agriculture industrielle et des firmes de pesticides ? «  Le glyphosate n’a jamais été classe CMR ; on se demande où Franck Dubourdieu a pu chercher cette information….

Seul point positif de cette tribune, le rappel que la bio et la biodynamie emploie largement un pesticide : merci Franck Dubourdieu !

email
Commentaires
  1. Visor
  2. JG2433
    • Anonyme
  3. Albert Amgar
  4. Raùl-Hugues

Envoyez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.