Désodorisants aux huiles essentielles : quand « naturel » rime avec « risques potentiels »

Désodorisants aux huiles essentielles : quand "naturel" rime avec "risques potentiels"« Désodorisants aux huiles essentielles : naturels mais polluants et allergisants » alerte 60 Millions de consommateurs de juin 2018. « Très en vogue, les désodorisants aux huiles essentielles jouissent d’une image saine liée à ces ingrédients d’origine naturelle. Certains revendiquent même d’assainir l’air intérieur. À tort. Comme les autres produits désodorisants, ils exposent à des substances indésirables. Nos analyses le montrent » écrit le mensuel. « Des résultats qui nous rappellent que ‘naturel’ rime parfois aussi avec ‘risques potentiels' ».

Des perturbateurs endocriniens dans les huiles essentielles
Dans son dossier, 60 Millions de consommateurs rappelle que « les huiles essentielles (…) peuvent s’avérer irritantes, allergisantes, voire toxiques. Celles à l’arbre à thé et à la lavande sont même soupçonnées d’agir, dans certaines circonstances, comme des perturbateurs endocriniens ». « Qu’il s’agisse de produits de beauté, d’anti-poux… tous les produits à base d’huiles essentielles sont à éviter, par précaution, chez l’enfant, la femme enceinte et les personnes âgées ou atteintes d’une maladie chronique. »

Des bâtons d’encens cancérogènes
Vous aimez vous relaxer dans une ambiance zen, en faisant brûler de l’encens ? Saviez-vous qu’alors, vous vous intoxiquez ? En 2017, l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe), associée à d’autres acteurs publics, a rendu un rapport sans appel sur la toxicité potentielle de l’encens et des bougies parfumées. « Encore trop de gens pensent que l’encens et les bougies améliorent la qualité de l’air. C’est l’inverse qui se produit ! Sachant que les émissions les plus problématiques sont celles des encens », alerte ainsi Nadia Herbelot, chef du service qualité de l’air à l’Ademe. 60 Millions de consommateurs dresse la liste des coupables : « benzène, formaldéhyde, acroléine, particules fines… Les bâtons d’encens émettent dans l’air intérieur des molécules très préoccupantes pour la santé, notamment cancérogènes, à des concentrations élevées. »

Des particules fines à cause des bougies

Vous pensiez vous rattrapez avec des bougies ? Notre confrère va doucher vos espoirs : certes, « les niveaux de polluants émis sont variables d’un produit à l’autre et sont globalement plus faibles que ceux des encens. Toutefois, si elles libèrent moins de particules que les encens, celles-ci sont plus fines. Or, plus les particules sont fines, plus elles pénètrent les voies respiratoires… De plus, les émissions de polluants par une bougie peuvent se poursuivre une fois celle-ci éteinte. »

« Au quotidien, mieux vaut donc écarter tous ces désodorisants ‘à brûler’ (surtout, en présence d’enfants ou de femmes enceintes) », conclut sagement 60 Millions de consommateurs.

email
Commentaire
  1. Astre Noir