Les médias ne le disent pas : les bergers plus utiles que les loups

Dans un entretien accordé à LExpress.fr du 30 avril, l’historien Jean-Marc Moriceau rappelle que le loup considère l’être humain comme une proie, ce qui explique les 10 000 attaques sur l’homme répertoriées entre 1580 et 1880. Pour ce spécialiste de la ruralité, les bergers sont plus utiles à la biodiversité que les prédateurs : « Ce sont eux et leurs troupeaux qui entretiennent la montagne, préviennent son ensauvagement. » Mais, explique-t-il, ceux-ci ont du mal à faire passer leur message dans l’opinion, « parce qu’à la différence des écologistes, ils manquent de relais dans les médias nationaux et dans les milieux intellectuels » et sont souvent présentés comme « bougons », « réfractaires à la modernité », « ruraux », « avec ce que ce terme peut avoir de méprisant depuis Paris ».

Lire aussi :
> « Les brebis et le pastoralisme participent davantage à la biodiversité que les loups »

email
Commentaires
  1. Ernst
  2. Alzine
  3. Ernst
  4. Anonyme