Européennes : EELV ne sait plus à quel journaliste se vouer.

Entre les affaires de mœurs et le départ de ses principaux dirigeants, le parti écologiste n’est plus que l’ombre de lui-même. Carrément absent aux dernières élections présidentielles afin d’éviter une claque électorale certaine, EELV connaît également une hémorragie du nombre de ses militants (5034 exactement fin 2017) et de ses finances. Le salut viendra-t-il de l’extérieur en l’occurrence de la femme providentielle ? Certains y croient en imaginant Audrey Pulvar, ancienne journaliste et présidente de la fondation Nicolas Hulot ou encore Elise Lucet, présentatrice vedette de Cash Investigation à la tête d’une liste aux élections européennes.  Le pedigree de cette dernière est particulièrement intéressant : ses enquêtes « spectacles » pourfendant le monde l’agro-chimie et de l’agro-industrie (quitte à prendre de nombreuses libertés par rapport à la vérité) ont fait des adeptes. Mais les principales intéressées ont gardé une certaine lucidité : c’est non pour les deux !

Cette affaire met quand même en lumière un fait certain : la porosité croissante entre le monde journalistique et les écologistes, si ce n’est une véritable complicité comme nous le prouve Stéphane Foucart du Monde. Les conséquences sur l’opinion publique sont bien pires qu’un parti écologiste à 20% des suffrages !

email
Commentaires
  1. Ernst
    • Visor
  2. Albatros

Envoyez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.