Contre les fake news, l’Académie d’Agriculture récompense deux journalistes

Si de l’aveu de Paul Vialle, ancien patron de l’Inra et président du jury, « les fake news (…) sont multiples dans nos domaines de l’agriculture, de l’alimentation et de l’environnement », il reste de nombreux journalistes qui font honnêtement leur travail et ceux-ci doivent être encouragés. C’est la raison pour laquelle l’Académie d’agriculture a organisé cette année la première édition du prix de l’information scientifique.

Nathalie Picard, du mensuel Science et Vie, est la lauréate 2018 pour son article « Faut-il encore manger de la viande ? ». « Derrière un titre lapidaire et interrogatif qui peut laisser pantois, c’est un travail extrêmement approfondi sur beaucoup d’aspects de l’élevage (économiques, santé, environnementaux, bien-être animal, etc.), à chaque fois regardant la thèse, l’antithèse » explique Paul Vialle. « Elle a interrogé beaucoup de chercheurs renommés pour essayer de faire ressortir toute la complexité de ce dossier. Il n’y a pas de réponse, c’est à chacun de se la constituer à partir de ce qu’il a lu. »

Une mention spéciale a été décernée à Marie-Gabrielle Miossec pour son enquête parue le 23 juin 2017 dans les colonnes de La France Agricole, intitulée « Association de protection des animaux, comment elles mettent la pression sur l’élevage ». « L’ensemble du jury a trouvé que c’était un dossier extrêmement fouillé dans un domaine peu connu, qui regarde l’arrière des cartes », justifie Paul Vialle.

« Il est important que des journalistes fassent ce travail de thèse-antithèse puis laissent la liberté à chacun de décider en ayant un regard un peu plus éclairé » se félicite quant à elle Christiane Lambert, la présidente de la FNSEA.

email
Commentaires
  1. AlainCo
  2. jG2433
  3. Ernst

Envoyez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.