Michel Cymes s’interroge sur l’efficacité des produits « détox »

Haro sur les fake news en matière de santé ce lundi matin sur RTL, avec Michel Cymes : « Le mot ‘détox’ est partout, dans tous les slogans, sur tous les emballages, il est censé nous sevrer, nous sauver de tous les excès alimentaires de l’hiver (…). L’idée maîtresse (…), c’est qu’on aurait tendance à s’empoisonner en permanence à cause de la pollution ou de l’alimentation et que les produits estampillés ‘détox’ seraient l’occasion salutaire d’un grand nettoyage ». Mais « il y a un petit problème : on n’a pas réussi à prouver que c’était le cas. Or en matière de recherche, tant qu’on n’a pas la preuve de quelque chose, on préfère en douter. Pourtant, ce n’est pas faute d’avoir essayé. C’est ainsi qu’en Australie, deux chercheurs pleins de bonne volonté ont décortiqué près de cent études sur le sujet et ils en sont arrivés à la conclusion qu’aucune étude sur le ‘détox’ n’était suffisamment rigoureuse et sérieuse pour qu’on puisse croire en l’efficacité des produits censés nous débarrasser de toutes nos toxines. Donc le jeûne, la monodiète, les ampoules à base de radis noir ou d’artichauts, les produits drainants, les algues ‘miracle’, c’est bien beau mais il n’est pas à exclure que cela agisse plus sur notre crédulité que sur notre organisme. » Autrement dit, nous nous rassurons à peu de frais, ou plutôt à grands frais… « L’organisme a plutôt été bien pensé par la nature. Toutes les toxines que nous accumulons, nous sommes équipés pour les évacuer : on a des reins, des poumons, un foie… et c’est aussi à cela que servent ces organes. S’il y a défaillance, c’est qu’il y a un problème de fonctionnement, et dans ce cas, c’est à l’hôpital que tout ça doit se jouer et non pas à grands coups de tisanes ou d’ampoules dépuratives. Pour les deux chercheurs australiens qui ont planché sur le sujet, détoxiquer son corps est un boulot de tous les instants et pour l’accomplir, il suffit tout simplement d’adopter des habitudes de vie saines. » Et le docteur Michel Cymes de rappeler qu’en cas d’excès, « on rectifie les choses dès le lendemain, on fait un peu de sport, on boit de l’eau à gogo, on fait le plein de légumes – les artichauts, pour ne citer qu’eux, ont des vertus drainantes beaucoup plus évidentes quand ils sont bouillis dans votre assiette plutôt que sous forme liquide dans d’improbables ampoules estampillées ‘détox' ».

Lire aussi :
> Les « médecines parallèles » moquées par le Palmashow
> Gélatine d’âne, poudre de rhinocéros… Quand la pseudo-médecine cache un gigantesque trafic d’animaux protégés

email