Michel Cymes nous parle du risque accru de dépression chez les végétariens

Ce jeudi matin sur RTL, le Dr Michel Cymès a rappelé que le végétarisme (et à plus forte raison le veganisme) étaient une aberration scientifique :

« Loin de moi l’idée de vouloir remettre en cause le mode de vie de celles et ceux qui ont décidé de se priver de chaire animale mais je me dois de les alerter sur le travail des chercheurs britanniques de l’Université de Bristol, qui ont quand même travaillé sur 10 000 personnes. Leur conclusion est sans appel, le risque de dépression est deux fois plus élevé chez le végétarien que chez celui qui mange de la viande. Je me suis dis que ça pouvait intéresser les 4% de Français qui sont végétariens de le savoir. Quand on se prive de certaines sources de vitamines, on finit par le payer. Or les végétariens, à partir du moment où ils font l’impasse sur la viande et sur les volailles, se privent de deux belles sources de vitamines B12. La B12 joue un roule important dans la régulation de l’humeur, comme elle participe à l’entretien de cellules nerveuses et, au passage, donne un coup de main dans la fabrication du matériel génétique. D’après les chercheurs britanniques, 7% des végétariens en manquent et quand on se penchent sur la population végane, là, c’est beaucoup plus spectaculaire : 50% sont en carence ! La raison, elle est assez simple, les végans excluent de leur alimentation la viande, certes, mais aussi les produits d’origine animale, autrement dit ne mangent pas d’œuf, pas de lait, pas de miel. (…) Le végétarien ne mange pas de poisson, or on lui a dit que le poisson était plein de ces acides gras essentiels excellents pour la santé, vous savez les fameux oméga. Donc le végétarien, qu’est-ce qu’il fait ? Il va se bourrer de noix du Brésil réputées riches en oméga, oui, mais en oméga-6 alors que son cerveau a surtout besoin d’oméga-3. Ceux-là, on les trouve dans les graines de lin, les graines de chia, les amandes, le colza ou la mâche, encore faut-il le savoir et ne pas s’emmêler les pinceaux dans les différents oméga. [Les personnes végétariennes s’exposent aux carences suivantes :] fer, calcium, protéines, vitamine D. Concernant cette dernière, quand elle vient à manquer, le blues s’installe. »

email
Commentaires
  1. Ernst
  2. douar
  3. Ernst
  4. jG2433
  5. Visor
    • yann
  6. jG2433
    • Visor
      • dan
  7. Anonyme
    • Marc
      • Zygomar
        • Zygomar
      • cdc
  8. Anonyme
    • Marc
  9. Ernst
  10. Gérard

Envoyez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.