Des familles se lancent le défi de manger bio sans dépenser plus… et on s’en fiche

Ils n’ont pas toujours la matière pour faire peur aux crédules (les scientifiques, eux, rigolent ou pleurent, c’est selon) alors les activistes du bio cherchent à faire parler d’eux autrement. En pleine radicalisation, Générations Futures s’est associée avec la Maison de la bio 29 et la Mutuelle Familiale pour proposer à dix familles brestoises d’âges et de tailles différentes (qu’on imagine sympathisantes ou militantes) le défi suivant : augmenter leur part d’aliments bio sans augmenter leur budget.

Bref, de devenir « BIO.WO.MAN » (sic), le nom de l’équipe adoubée par les « représentant.e.s » (sic) de Générations Futures à la soirée de lancement du défi (buffet bio de circonstance : « cake au sarrasin, soupe de lentilles corail au lait de coco et houmous maison »).

Le défi n’a rien de rigoureux : « chaque famille devra, sans changer ses habitudes, faire un relevé précis de ses achats sur une quinzaine de jours pour définir le budget initial consacré à l’alimentation. Ce relevé servira de base pour comparer et voir l’évolution de son alimentation tout au long du défi. »

Générations Futures nous prend vraiment pour des cakes au sarrasin (et aux lignanes, un phyto-estrogène qui agit comme perturbateurs endocrinien et que contient la céréale à l’état naturel) : on connaît à l’avance le résultat du défi : oui, il est possible de manger davantage bio sans dépenser plus. Le groupuscule ne dit d’ailleurs pas autre chose dans son communiqué : « c’est aussi l’occasion de démontrer que la bio peu être accessible à toutes et tous en adaptant son mode de consommation ». Bref, typiquement le défi qui n’apporte rien et ne sert à rien, sauf à faire parler de ses initiateurs dans les médias.

Comme le conditionnement n’a pas de limite (le délire non plus), « durant les dix mois de défi, les équipes participeront à des temps forts pour renforcer leurs connaissances : cours de cuisine de produits bio et locaux et de saison, atelier de jardinage au naturel, visite d’une ferme bio, de lieux d’approvisionnement en produits bio, atelier sur la nutrition… » C’est peut-être bio (mais sûrement pas sans pesticide ni perturbateurs endocriniens) mais on frise l’indigestion, là !

email
Commentaires
  1. Alzine
    • Visor
      • dan
  2. Zygomar

Envoyez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.