Emmanuel Macron humilié par les zadistes

Les grandes media ont passé sous silence cette humiliation : vendredi dernier, Nicole Klein, préfète de Loire-Atlantique, est venue vérifer que la D 281 avait bien été libérée par les zadistes. Pour l’occasion, elle était accompagnée du Directeur général de la Gendarmerie nationale. En clair : les représentants de l’Etat et de l’autorité publique. Voilà une belle occasion pour le gouvernement d’essayer de sauver les meubles et de montrer fièrement l’autorité de l’Etat rétablie à Notre-Dame-des-Landes.

Mais patatra… cette belle délégation a été accueillie par les occupants de la ZAD ; ces derniers leur ont tourné le dos et ont baissé leurs pantalons et leurs sous-vêtements pour leur montrer… Leurs fesses ! Et quelle a été la réaction de la préfète ? Elle est allée trinquer avec d’autres zadistes en compagnie du Directeur général de la Gendarmerie nationale ! A Notre-Dame-des-Landes, lorsque les représentants de l’Etat sont insultés et humiliés, ils continuent de baisser la tête et de se soumettre aux occupants illégaux de la ZAD, à leurs méthodes violentes et vulgaires.

Une haie de fesses pour accueillir le préfet  

Une vingtaine de zadistes ont accueilli la représentante de l’Etat en exhibant leurs fessiers ! D’autres avaient des visages encagoulés. Certains ont ironisé sur sa venue via des tags moqueurs inscrits sur des panneaux. « On fait un drôle de métier quand même », a lancé Nicole Klein. Lors de ce déplacement, elle a notamment rencontré des opposants de l’Acipa (Association Citoyenne Intercommunale des Populations concernées par le projet d’Aéroport de Notre Dame des Landes) et de l’organisation paysanne Copains 44. In fin, elle a même trinqué avec plusieurs opposants historiques au projet.

Jusqu’à quand ce feuilleton va-t-il durer ? Jusqu’à quand l’Etat va-t-il abdiquer devant une poignée de militants radicaux et violents qui font la loi, insultent les plus hauts représentants de l’Etat, portent atteinte aux intérêts des habitants en les privant d’infrastructures adaptées et bafouent la démocratie puisque dans cette affaire, le peuple s’est prononcé en faveur du transfert de l’aéroport à Notre-Dame-des-Landes. En montrant leurs fesses à Nicole Klein, les zadistes ont également humilié Emmanuel Macron. Le Président de la République pensait avoir réglé le problème de Notre-Dame-des-Landes ; il n’en est rien. Il est passé à côté de ce dossier qui pourrait bien conserver son effet boomerang. Dernière illustration le week-end dernier à Nantes : la ministre chargée des transports, Elisabeth Borne, a été prise à partie par les citoyens favorables au transfert à Notre-Dame-des-Landes. Elle a même été obligé de quitter la mairie de Nantes par une porte dérobée.

Le gouvernement n’a pas repris la main

Ce sont les zaddistes qui imposent le tempo. N’en déplaise au gouvernement ! Les zadistes, véritables professionnels de la communication, ont annoncé qu’ils allaient libérer la route départementale qui traverse la ZAD. Cette route avait été privatisée par les zadistes. Et ces derniers ont coupé l’herbe sous le pied du gouvernement en la rendant libre à la circulation. Mais ils ont précisé qu’ils se réservaient le droit de l’occuper à nouveau à la moindre menace d’évacuation de la ZAD. Autrement dit, non seulement ils ont gagné en faisant capoter le projet mais en plus, ils continuent de narguer le gouvernement en gardant le contrôle de cette zone de non droit où l’autorité de l’Etat est absente.

email
Commentaire
  1. Visor