Le faux-pas de Christophe Castaner

Christophe Castaner serait devenu un spécialiste du monde agricole. A la question posée  par le député de l’Essonne Franck Marlin (LR), « le gouvernement aime-t-il encore les agriculteurs français ? », le secrétaire d’État aux relations avec le Parlement, a répondu avec plein d’assurance : notre modèle agricole est « dépassé ! ». Et de poursuivre : « Nous devons, plutôt que de nous opposer, être armés pour défendre ensemble la politique agricole commune ». « Mais une politique qui saura respecter les enjeux de la biodiversité, qui saura respecter les enjeux de la diversité et de la production et du soutien de nos agriculteurs partout en France. »

Le problème, c’est que Christophe Castaner, comme beaucoup de ministres et parlementaires semble croire que la question agricole se résume aux pesticides. Dans cette perspective, il considère donc l’agriculteur comme un enfant à qui il faut tenir la main. Une posture classique de la  la bourgeoisie pseudo intellectuelle ayant un pourvoir d’achat suffisant pour s’offrir du bio à tous les repas. Quant aux enjeux majeurs que sont l’alimentation de tous les Français et notre balance commerciale agro-alimentaire (déficitaire depuis quelques années), ce ne sont pas des questions prioritaires.

Un bref rappel pour Monsieur Castaner, il n’y a pas un modèle mais des modèles agricoles français. Ceux-ci ne s’opposent pas mais s’adressent à des segments de marchés différents. Les opposer, ou pire, dire que l’un ou l’autre est dépassé, est une faute politique grave. Pour sa culture personnelle,  nous pouvons lui recommander de visualiser cette analyse sur le secteur agro-alimentaire français.

email
Commentaire
  1. douar