Disparition totale de la recherche agronomique privée française ?

Tenant hier une conférence de presse, Jean-Yves Foucault, président de Limagrain a annoncé penser sérieusement à prochaine délocalisation des activités R&D du groupe semencier français. Ce n’est pas les conditions économiques qui pourraient mener à une telle décision mais l’insécurité permanente que font peser les faucheurs dits d’OGM. Pour rappel, ceux-ci ont détruit en décembre dernier deux parcelles d’essai de blé en Seine-et-Marne. Bilan : une année minimum de recherche perdue et un million d’euros de dégâts. «Ce n’est pas tant le coût qui nous embête, c’est la récurrence de ces actions», a expliqué Damien Bourgarel, le nouveau directeur général de la coopérative. Ajoutons que ces actions sont complétement aveugles : en l’occurrence, les essais détruits étaient issus d’une sélection variétale tout ce qu’il y a de plus « classique ».

Pour continuer ses recherches en toute sécurité, le seul moyen pour Limagrain serait de délocaliser sa R&D dans un autre pays européen, tout en profitant de la législation d’homologation commune. Et la direction du groupe de rappeler comme une évidence : à force d’entraves, ce sont des concurrents comme Monsanto qui prennent des « positions » sur le vieux continent, au détriment d’entreprises européennes.

A moins de mettre fin rapidement au laxisme de la justice envers les faucheurs volontaires, on voit mal Limagrain changer d’avis. Un contre-exemple parfait de que nous promettait Emmanuel Macron lors de sa campagne !

http://www.linfodurable.fr/semences-limagrain-certifie-quil-ny-pas-dogm-dans-ses-parcelles-967

http://premium.lefigaro.fr/societes/2018/01/16/20005-20180116ARTFIG00331-cible-par-des-militants-anti-ogm-limagrain-menace-de-delocaliser-sa-rampd.php

email
Commentaires
  1. Visor
  2. un physicien
    • Visor
    • Seppi
  3. Alzine