Glyphosate : le Circ sur la sellette

Dans une lettre datée du 8 décembre, la commission des sciences, de l’espace et de la technologie de la Chambre des représentants des Etats-Unis d’Amérique a demandé à Christopher Wild, le directeur du Centre international de recherche sur le cancer (Circ), de témoigner sur la façon dont il a conduit ses examens pour arriver à la conclusion que l’utilisation du glyphosate présente des effets « probablement cancérogènes ».

En effet, l’institution est très isolée sur le sujet. Suite aux travaux du Circ, l’Agence européenne de sécurité des aliments (Efsa) avait réévalué le glyphosate et conclu qu’il était improbable qu’il présente un risque cancérigène pour l’homme. En France, notre Agence nationale de sécurité sanitaire des aliments, de l’environnement et du travail, l’Anses, avait quant à elle estimé nécessaire, début 2016, que son classement soit revu par l’Agence européenne des produits chimiques (Echa). En mars 2017, les toxicologues de l’Echa, après prise en compte de toutes les études disponibles, avaient finalement conclu que le glyphosate n’était ni cancérigène, ni mutagène, ni toxique pour la reproduction…

Obligation de transparence vis-à-vis des contribuables

Déjà en novembre, la commission avait écrit à Christopher Wild, lui demandant de fournir « les noms et les coordonnées des personnes affiliées au Circ qui pourraient servir de témoins potentiels pour cette audience », ce à quoi le directeur du Circ avait répondu défavorablement. On se demande bien ce que l’institution a à cacher…

Dans sa missive de décembre, la Chambre des représentants hausse le ton, rappelant que 48 millions de dollars d’argent public sont alloués au fonctionnement annuel du Circ et qu’ « à ce titre, la commission est tenue de s’acquitter de son devoir constitutionnel d’assurer la bonne utilisation de ces fonds ». Or, « étant donné qu’elle a des questions concernant l’intégrité scientifique du programme du Circ, elle peut décider d’examiner s’il est approprié de poursuivre son financement par le gouvernement fédéral des Etats-Unis ».

Bref, si le Circ n’explique pas comment il est arrivé à une conviction qu’aucune autre institution scientifique mondiale ne partage, il pourrait bien se voir couper les vivres.

email
Commentaires
  1. Visor
    • Inti
      • Visor
      • Zygomar
  2. Alzine