Phytos : Travert nous vend du rêve… qui pourrait virer au cauchemar

Jeudi 11 janvier, le ministre de l’Agriculture Stéphane Travert a déclaré que le Salon de l’agriculture qui se tiendra du 24 février au 4 mars 2018 sera l’occasion « d’annoncer le plan de sortie des phytosanitaires », demandé par le Président Emmanuel Macron suite au vote européen, fin novembre dernier, du renouvellement de la licence d’utilisation du glyphosate, pour une durée de cinq ans. Selon lui, ce plan devrait rendre possible une sortie de l’utilisation des pesticides en trois ans… Extrême démagogie, incompétence totale ou savant mélange des deux ? Chacun jugera. Reste qu’aucun pays au monde n’a jamais été en capacité d’interdire les phytos, tout simplement parce que c’est impossible. Et même si ça l’était, être le seul à le faire dans un marché mondial ouvert relèverait du suicide. Sans parler du fait que les phytos ont en réalité permis de sauver de nombreuses vies.

Mais prenons le ministre au mot et mettons-le au défi de faire ce qu’il dit en incluant dans l’interdiction prévue d’ici trois ans tous les pesticides « bio », vous savez, ceux dont la moitié des Français ignore encore l’utilisation.

Amicale pensée aux ultramarins victimes du chikungunya (cette maladie entraîne une mortalité de 2,8% chez les enfants et de 1,6% chez les personnes âgées) que transmettent certaines espèces de moustiques. Interdiction des phytos oblige, l’utilisation d’insecticides efficaces ne sera bientôt plus possible pour eux. Quant au paludisme, il a de beaux jours devant lui dans le département de la Guyane et la collectivité territoriale de Mayotte.

Non, vraiment, ce ministre pense de Travert…

email
Commentaires
  1. douar
    • un physicien
    • Alzine
    • Visor
  2. Visor
  3. Seppi
    • douar
  4. Albatros

Envoyez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *