Nouvelle étude sur le glyphosate. Pour Stéphane Foucart, circulez il n’y a rien à voir

D’habitude si prompt à relayer les études défavorables au glyphosate, Stéphane Foucart aura attendu quasiment trois semaines avant de nous livrer son analyse des données publiées le 9 novembre dernier dans « Journal of the National Cancer Institute (JNCI) ». Nous en avions parlé il y a quelques jours : cette étude épidémiologique de longue durée menée auprès de 54 000 applicateurs américains de phytos (Agricultural Health Study) ne trouve aucun lien entre l’exposition à cet herbicide et le cancer. Dans la hiérarchie de preuves couramment admises en recherche, les études de cohorte – surtout si l’effectif est très important, ce qui est le cas en l’espèce, sont tout en haut, juste derrière les méta-analyses et les essais randomisés.

Hélas pour notre héraut du journalisme écologique, pas possible de critiquer cette étude sous l’angle habituel de complotisme agrochimique. On ne peut soupçonner parmi les auteurs une once de conflit d’intérêt. D’autre part, l’étude a été financée avec des fonds publics. Alors Stéphane Foucart a fait travailler son imagination. Comment la contredire ?  Bingo ! Avec des données d’une étude non publiée. Facile, personne ne peut vérifier ! Ajoutez-y quelques biais potentiels…et circulez il n’y a rien à voir !

Résultat à la lecture de cet article : une certaine « gène » perceptible. On devine que Stéphane Foucart attend avec impatience une autre « actu » sur le glyphosate pour revenir à son discours habituel.

 

email
Commentaires
  1. Alzine
  2. Daniel
  3. un physicien
  4. yann
  5. Zygomar

Envoyez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *