Pesticides et assurance : le simplisme de Stéphane Foucart

Dans sa chronique Idées du Monde publiée samedi dernier, Stéphane Foucart détaille une expérimentation du secteur agricole italien. Le principe : l’agriculteur souscrit une assurance face à un risque lié à des ravageurs…et tout naturellement en vient à utiliser moins de pesticides, ceux-ci étant « l’assurance » jusque-là employée par les agriculteurs.

Le scientifique italien qui témoigne relate que cette idée d’assurance lui est venu il y a plus de 30 ans. A l’époque on utilisait du lindane – en Italie comme en France- pour se prémunir contre le risque lié à des larves d’insectes qui adorent les jeunes plants de maïs. Aujourd’hui, selon Stéphane Foucart, le principe de cette assurance est une alternative à l’utilisation de néonicotinoïdes en enrobage sur maïs, sauf qu’à notre connaissance, cet usage est interdit en Italie…

Sur le principe, la question que pose Stéphane Foucart est intéressante, mais sur le fond mais il faudrait qu’il pousse ses investigations un peu plus loin. Une évidence : le producteur utilise des phytos pour se prémunir d’un risque qui n’est pas toujours présent au moment de l’application. En clair, l’usage est à titre préventif et on peut se poser la question de son utilité. On déduit de l’analyse un peu simpliste de Stéphane Foucart : le risque est tellement rare que ces traitements sont du gaspillage et qu’une simple assurance suffirait. Why not ?

Simplement, ce n’est pas aussi simple. Dans le cas d’un risque portant sur une année sur quatre, le système d’assurance est il pertinent?  Il faut bien que quelqu’un paye la cotisation. En simplifiant, dans le cas d’une année sur quatre catastrophique, la cotisation sera égale à un tiers du revenu de l’année normal. Pas certain que ce système soit opérationnel.

email
Commentaires
  1. Alzine
    • Zygomar
  2. Visor
  3. un physicien
  4. miniTAX
    • Visor
  5. yann

Envoyez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *