« Glyphosate : stop à la pétaudière ! »

glyphosateC’est le titre du communiqué de la FNSEA publié jeudi 9 novembre sur la question du glyphosate. Il regrette que, « pour la 6e fois, les États membres ne se (soient) pas mis d’accord sur les modalités de renouvellement du glyphosate », notant que « ceux qui étaient pour 10 ans hier, se sont abstenus aujourd’hui ou ont voté contre les 5 ans », que « la France qui dit 7 ans un jour, 5 le lendemain, puis 4 puis 3, ne fait aucun effort pour rechercher un compromis européen » (vous parlez d’une vision, comme dirait notre Président) et que « l’Allemagne tout affairée à la recherche de sa coalition ‘Jamaïque’ s’abstient ! » De quoi faire s’exclamer au syndicat agricole : « Quelle pétaudière ! »

« Les Etats membres exportent à Bruxelles leurs contingences politiques internes (L’UE n’est pas non plus innocent dans cette affaire, ndlr), se moquant comme d’une guigne de la cohérence européenne, des avis de leurs agences scientifiques, et surtout des agriculteurs qui n’en peuvent plus de ces atermoiements qui plombent lentement mais surement le débat sociétal, et les laissent dans l’impasse » dénonce avec raison la FNSEA.

« Une fois encore, les Etats membres ne prennent pas leurs responsabilités et renvoient la patate chaude à la Commission européenne qui va devoir convoquer un comité d’appel fin novembre et qui institutionnellement aura le dernier mot si aucune majorité qualifiée n’est dégagée. Et chacun aura alors beau jeu de dire ‘c’est la faute à l’Europe’ », regrette encore le syndicat agricole.

De quoi y voir une étrange « conception de la démocratie européenne » : « Ce n’est pas notre conception d’une approche sérieuse et constructive sur le dossier si complexe des produits phytosanitaires. »

Et la FNSEA de rappeler que « le monde agricole entend être force de propositions pour trouver des solutions qui répondront aux attentes des citoyens tout en permettant aux paysans de continuer à produire dans des conditions optimales » et annoncer être « (prête) à relever ce défi collectivement à condition que l’Etat s’engage à (ses) côtés ». « La France doit s’inscrire résolument dans une trajectoire de solutions » conclut-elle.

Inutile de préciser qu’on attend toujours les solutions des anti-glyphosate pour s’en passer…

email
Commentaires
  1. un physicien
  2. miniTAX
    • Visor
    • Seppi
      • Visor
        • yann
          • Visor
            • Seppi
              • Visor
      • Roger
  3. Alzine
  4. Alzine

Envoyez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *