Les agris victimes de la méthode Macron ?

Emmanuel Macron

Dans Challenges du 26 octobre, Nicolas Domenach s’intéresse à « la gouvernance Macron », « le président manager » au « réformisme autoritaire ». Le journaliste égrène les problèmes de méthode du « bougre », comme l’appelle un Normalien, dont sont aujourd’hui victimes les agriculteurs (ils ne sont sans doute pas les seuls) : « exercice hypercentralisé du pouvoir », « le président prend toute la lumière »… Résultat, des décisions prises dans un cercle restreint de conseillers déconnectés de la réalité. « Il inspire tout, il suit tout » et chacun, au gouvernement, le reconnaît comme « le plus intelligent ». Résultat, une dramatique absence d’écoute de la réalité du terrain. « La consigne [vient] de Macron lui-même : ‘On ne recule pas. Jamais' » pour ne pas être assimilé « aux faiblards toujours sur le reculoir » comme Chirac, Sarkozy ou encore Hollande, rapporte Nicolas Domenach. Résultat : une incapacité à/l’impossibilité de trouver un compromis. Enfin,  on apprend dans le papier que le chef de l’État « dit et répète » à Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire pas « solaire » ni irradiant pour deux sous : « J’ai besoin de toi, il faut que tu m’aides. Je découvre l’écologie ». Bref, Macron ne connaît rien à l’écologie et à l’agriculture mais il a l’air fasciné devant « la compétence et la constance » (sic) de Nicolas Hulot. Résultat : une vision manichéenne des dossiers non maîtrisés. Et des agris pas mieux lotis qu’avant.

email
Commentaires
  1. Daniel
  2. un physicien
  3. douar
  4. Albatros
    • miniTAX

Envoyez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *