Bio : les raccourcis de Santé Magazine

bioUne alimentation bio ferait baisser le risque de syndrome métabolique titre Santé Magazine. Un beau raccourci dû à un interprétation très rapide de l’étude Nutrinet Santé. Petit rappel du principe : L’étude Nutrinet Santé est une étude de cohorte (portant sur un groupe de sujets suivis pendant plusieurs années) réalisée sur une large population d’adultes volontaire en France dans le but de mieux évaluer les relations entre la nutrition et la santé et de comprendre les déterminants des comportements alimentaires. il s’agit d’étudier les comportements alimentaires et leurs déterminants en fonction de l’âge, du sexe, des conditions socio-économiques, du lieu de résidence de ces volontaires et les relations entre les apports alimentaires, l’activité physique, l’état nutritionnel et la santé (obésité, hypertension artérielle, diabète, maladies cardiovasculaires, cancers…). Ces « nutrinautes » ont accepté de participer pendant cinq ans à cette étude lancée en 2009 en répondant chaque année sur le site à des questionnaires sur leur alimentation. C’est grâce à la collecte de ces données que de nombreuses informations sur l’alimentation et l’état nutritionnel des Français ont fréquemment été publiées dès les premiers mois de l’étude.  Et les derniers travaux en date dévoilés par l’Inra portent sur l’impact bénéfique de l’alimentation biologique sur le métabolisme.

Et Santé Magazine de s’enthousiasmer :  Plusieurs chercheurs ont en effet montré qu’une consommation importante d’aliments bio, essentiellement des végétaux (fruits et légumes), est associée à une moindre probabilité de présenter un syndrome métabolique (obésité abdominale et au moins deux facteurs comme une hypertension artérielle, un faible taux de cholestérol HDL et/ou un taux élevé de triglycérides).

Le magazine rapporte les conclusions de professeur Emmanuelle Kesse-Guyot, chercheuse à l’INRA. « Les adultes qui consomment 62% de leur régime alimentaire ont une probabilité plus faible de 31% de présenter un syndrome métabolique, par comparaison à ceux qui ne consomment quasiment pas d’aliments bio. ». […] Leurs premières interprétations tendent à affirmer que les consommateurs bio seraient moins exposés aux résidus de pesticides, « les fruits, légumes et céréales étant parmi les produits les plus contaminés selon les données européennes. », indique la chercheuse.

Une interprétation hâtive des propos de cette chercheuse qui va à l’encontre de l’évidence : si le consommateur de bio présente moins de syndromes métaboliques, c’est qu’il est particulièrement sensibilisé aux notions d’équilibre nutritionnel. Il mange plus de fruits et légumes, etc… Bref, si vous mangez tous les jours des pâtes carbonara 100 % bio, vous aurez un problème métabolique !

email
Commentaires
  1. Visor
    • yann
      • Seppi
        • yann
  2. Algenib
  3. Alzine
    • Visor
      • Alzine
        • Visor
  4. dan
    • Visor

Envoyez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *