Quand la relation à la viande a-t-elle changé ?

Noëlie Vialles sur le plateau d'Arte

Noëlie Vialles sur le plateau d’Arte

Dans un débat organisé il y a quelques années par Arte, l’anthropologue Noëlie Vialles explique pourquoi, depuis quelques décennies, ont émergé des mouvement « antispécistes », comme ils se qualifient eux-même :

« Ce qui a changé, me semble-t-il, c’est la relation à la viande à partir du moment où les gens n’ont plus été en relation directe avec les animaux d’élevage. Cela s’est fait, cela dépend des pays, depuis trente à quatre-vingt ans selon que vous considérez les Etats-Unis ou l’Europe, celle de l’Ouest ou celle de l’Est, etc. (…) C’est vrai qu’aujourd’hui, on ne voit plus les abattoirs, mais le but, ce n’était pas de les dissimuler, le but était de nettoyer les villes. L’abattage en pleine ville, cela donnait des rues un peu pittoresques et franchement dangereuses. Cela rentre dans la grande campagne d’assainissement des villes du XIXe siècle, Haussmann par exemple : toutes les activités un peu nocives, dangereuses, sales, des industries aussi bien, ont été déportées à la périphérie des villes, et bien entendu les abattoirs aussi, avec bien entendu cette considération supplémentaire que quantité de commentateurs de cette époque-là trouvaient que pour la moralité des populations, il valait mieux ne pas voir tuer des bêtes tous les jours, on ne tarderait pas à tuer des hommes. »

email
Commentaire
  1. Visor

Envoyez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *