Interdiction du glyphosate voulue par Hulot : « Macron tue les agriculteurs »

Interdiction du glyphosate voulue par Hulot : "Macron tue les agriculteurs"À l’appel des FDSEA et des Jeunes agriculteurs d’Île-de-France, quelques 250 agriculteurs vêtus de noir se sont rassemblés vendredi matin à l’aube sur les Champs-Elysées à Paris sur lesquels ils ont versé de la paille et se sont allongés pour protester contre la politique agricole du gouvernement. En cause, notamment, le projet du ministre de la Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot, d’interdire le glyphosate, un phyto qui fait l’objet depuis plusieurs années d’une campagne de dénigrement orchestrée par de puissants lobbies écolos très présents à Bruxelles. Interrogé par les médias présents lors de ce happening, Frédéric Arnoult, président de Jeunes agriculteurs d’Île-de-France, a déclaré que « M. Macron veut être le M. Propre du monde mais est le fossoyeur de l’agriculture ». Il s’est interrogé : « Comment on peut vouloir vendre du rêve aux Français sur une alimentation saine, alors qu’on nous enlève nos moyens de production ? »

« Si on nous enlève le glyphosate, cela va coûter un milliard par an aux céréaliers de surcoût, de charges en plus. »

La chaîne CNews a quant à elle donné la parole à Cyrille Milard, agriculteur et secrétaire général de la FDSEA de Seine-et-Marne :

« Depuis trois-quatre ans, les agriculteurs de France gagnent pour moitié moins de 350 euros par mois. Cela dure depuis trop longtemps, on est en train de mourir à petit feu et le gouvernement laisse son agriculture disparaître comme l’industrie a disparu depuis des dizaines d’années. (…) Scientifiquement, il est prouvé que le glyphosate n’est pas néfaste ou cancérogène comme on peut l’entendre ici et là. Surtout, si on nous l’enlève, cela va coûter un milliard par an aux céréaliers de surcoût, de charges en plus. On ne peut pas se permettre d’accepter ça et ce qu’on ne comprend pas, c’est que la politique depuis cinq ans prônée par l’ancien ministre de l’agriculture sur l’agroécologie a pour pilier le glyphosate. Sur l’agriculture de conservation, pour répondre à l’objectif de l’accord de Paris sur le climat. Tout ça, si on n’a pas le glyphosate demain, on remet tout à plat, on consommera plus, on laissera faire du carbone. Tout ça, c’est délirant pour nous, on ne comprend pas. »

Vérification faite, l’interdiction du glyphosate coûterait exactement 1,06 milliard d’euros aux céréaliers en raison d’une baisse prévisible de 12% des rendements, ce qui aurait pour conséquence une diminution des exportations (comme si notre balance commerciale déficitaire pouvait se le permettre). Une étude Ipsos réalisée auprès de 904 agriculteurs et une dizaines d’experts agricoles, industriels et institutionnels évalue à 10% la hausse du coût moyen de production des céréales et à 33% la diminution de la rentabilité des exploitations céréalières. Une perspective inquiétante quand on sait que, d’après les retours des premières caisses de la MSA, 30% des exploitants ont déclaré des revenus négatifs en 2016 et 40% des revenus inférieurs à 20 000 euros annuels…

email
Commentaires
  1. Seppi
  2. Visor
  3. Enordi
  4. Alzine
  5. Enordi
  6. Enordi
  7. Alzine
    • dan
  8. Enordi
    • Alzine
  9. Visor

Envoyez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *