Le cirque Joseph Bouglione renonce aux animaux sauvages

bouglioneSuicide programmé ? Après le cirque Barnum contraint par l’association PETA, qui prétend défendre les animaux, de mettre ses pachydermes au chômage, ce qui a entraîné une chute du nombre de spectateurs et la fermeture d’une institution vieille de 146 ans, c’est au tour de son confrère français, le cirque Joseph Bouglione, de renoncer aux numéros avec des animaux sauvages. La faute aux pressions (pétitions, etc.) d’associations animalistes comme la Fondation 30 millions d’amis et aux élus écolos de 46 villes de France ayant interdit sur leur territoire les cirques qui présentent des animaux. Ceux-ci affichent leur préférence pour le cirque moderne (500 compagnies pour un million de spectateurs chaque année en France) qui survit péniblement grâce aux subventions publiques tandis que le cirque classique (50 compagnies pour 13 millions de spectateurs annuels) n’en a, lui, pas besoin et a été reconnu par le Parlement européen comme faisant partie de la culture européenne. 40 pays interdisent aujourd’hui la présentation d’animaux sauvages dans les cirques.

email
Commentaires
  1. Enordi
    • Zygomar
  2. Visor

Envoyez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *