In Vivo au service des bobos

Les parisiens en mal de verdure vont maintenant pouvoir déguster des fruits et légumes qui ont poussé…à Paris et dans ses environs. C’est bon, c’est local, c’est sans pesticides! Pourquoi s’en priver? C’est sans doute ce que se sont dit les salariés de la tour Carpe Diem à la Défense qui ont « dégusté » hier du basilic distribué par « In Vivo ». Surfant sur la mode de bio, ce « groupe » a trouvé son filon : les cadres parisiens à l’affut de bonnes « saveurs » et au porte-monnaie bien rempli.

Sauf que « l’agriculture urbaine » vantée par cette entreprise n’a plus grand chose à voir avec de l’agriculture : exit la terre, le soleil, la pluie et le travail de l’agriculteur. Bienvenu au conteneur, avec lumière artificielle, pH de l’eau, température et nutriments contrôlés,  le tout sous la surveillance « d’urbiculteurs ». Les adeptes de « la bio » doivent sans doute s’étrangler en lisant ce genre d’article. C’est pourtant les associations écologistes et leur propagande anti-phytos qui ont clairement favorisé l’émergence de ce mode « d’agriculture ». Dans une agriculture « normale » qu’elle soit bio ou conventionnelle, il est aujourd’hui impossible de faire du « sans pesticides ». Mais l’artificialisation que propose « In Vivo » et d’autres entreprises surfant sur le même créneau le permet.  Résultat : une agriculture sans terroir,sans saveur… et proposant des prix absolument inabordables pour le Français « lambda ». Est-ce l’agiculture que nous voulons?

 

email
Commentaires
  1. Alzine
  2. Visor
    • un physicien
      • Enordi
  3. Seppi
    • un physicien
      • Seppi
        • Gil
        • Alzine
          • Alzine
            • Visor
  4. Alzine
    • Gil
      • Zygomar
        • Visor
          • Zygomar
      • Zygomar
  5. Alzine
    • Seppi
  6. Alzine
  7. Alzine
  8. un physicien

Envoyez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *