États Généraux de l’Agriculture : merci de virer les clowns !

Capture d’écran 2017-06-23 à 11.24.44Coordinateur du projet « Fermes d’avenir » dont le tour de France a commencé jeudi dernier et exploitant du domaine de la Bourdaisière à Montlouis-sur-Loire (Indre et Loire), Maxime de Rostolan explique au Figaro que l’objectif est de mettre en avant « les initiatives locales qui préfigurent le monde agricole et rural de demain » concrétisées par la visite sur trois mois de 160 fermes « qui ont adopté un modèle original de développement en respectant les principes de l’agro écologie ». Bref, selon ce militant, le futur sera agro-écologique. Pas conventionnel ni bio ni permaculturel, agro-écologique on vous dit !

Le problème, c’est quand Maxime de Rostolan prétend que « (son) projet s’intègre pleinement dans l’initiative présidentielle des États Généraux de l’Agriculture (EGA) » car « à travers ce tour de France, Il y aura un cahier de doléances que les agriculteurs et des consommateurs que nous rencontrerons pourront remplir ». De quoi élaborer « un livre blanc de l’agriculture » qu’on imagine particulièrement orienté qui sera remis au ministre de l’Agriculture » avec pour but d' »(alimenter) les débats de ses EGA ». Bref, Fermes d’avenir n’est rien d’autre qu’une opération de lobbying pour faire pression sur les EGA et les orienter dans une direction bien précise, pas franchement pluraliste.

Pour expliquer ce que Le Figaro qualifie lui-même d' »acharnement contre les pratiques agricoles prédominantes » et bon marchand de peur, Maxime de Rostolan prétend constater que « de plus en plus de personnes, dont des enfants (sic), meurent de cancers liés au métabolisme à cause des cochonneries que contient notre alimentation comme les perturbateurs endocriniens ». Aucune donnée pour étayer cette affirmation grave, mais ce n’est pas grave, vous noterez que les écolos ne sont jamais « embêtés » par les médias quand ils tiennent ce type de propos car on les suppose désintéressés. « Pourquoi mentiraient-ils ? » se disent les naïfs. Comme si ces militants ne pouvaient pas avoir un intérêt à tenter d’imposer à la société leur inquiétante vision du monde…

Et Rostolan d’enfoncer le clou en accusant… les « traitements phytosanitaires que l’on met sur les cultures, notamment les néonicotinoïdes ». Toujours cette fixation… Pourquoi ne pas également mentionner les traitements contre le cancer, la pilule contraceptive, le soja, le café, les épinards ou même le cannabis ? Des « oublis » récurrents chez les écolos. En même temps, dans le dernier cas, vu que deux artistes apôtres de la légalisation du joint (Manu Chao et Louis Chedid) sont associés aux « Fermes d’avenir » et se produiront en concerts dans ce cadre, on comprend leur silence…

Pour embrigader les lecteurs du Figaro, c’est l »ingénieur chimiste et environnemental » ainsi que le « père de famille » qui parle et qui ne « (peut) tolérer cette situation ». De la mauvaise com’ pour aboutir à la conclusion suivante : « Nous devons changer notre mode de culture », c’est-à-dire passer à l’agroécologie. Comme celle-ci « permet d’avoir des rendements supérieurs à l’agriculture agrochimique », on se demande ce qu’attendent les agriculteurs pour réaliser l’affaire du siècle. Ah, sinon, le mouvement perpétuel, il paraît qu’en fait, il existe, c’est YouTube qui le dit. LOL

En espérant quand même que les EGA soient une initiative autrement plus sérieuse et moins caricaturale que cette vulgaire opération de lobbying.

email
Commentaires
  1. Alex
    • Visor
  2. Alzine
  3. Alzine
    • Visor
  4. Alzine