AFP comme Affoler et Faire Paniquer ?

Panique à venir dans les chaumières de France : l’AFP a sorti ce matin une dépêche intitulée « Perturbateurs endocriniens: des dizaines de substances dans les cheveux d’enfants » suite à la publication le même jour d’une étude réalisée par 60 millions de consommateurs « qui appelle autorités et consommateurs à réagir » mais qui a surtout pour but de faire le buzz et des ventes !

« Aux très hautes autorités d’arrêter de jouer les poules mouillées et d’imposer des règles. (…) Et rappelons que la meilleure pression vient des consommateurs, capables de refuser d’acheter des produits non vertueux », écrit la rédactrice en chef du magazine, Sylvie Metzelard, dans son éditorial, évoquant les risques de ces substances pour le développement et la fertilité. Elle a raison : les autorités compétentes (on n’a pas dit Ségolène Royal, hein !) doivent ou rassurer la population ou être très sévères si le risque était avéré, la pire des situation étant l’actuelle, celle des demi-mesures qui permet à certains groupuscules militants aux méthodes tout sauf scientifiques/sérieuses (et experts en rien sauf en publicités cachées, l’objectif étant de faire peur coûte que coûte) ainsi qu’à des marchands de papier de faire parler d’eux en se donnant le bon rôle de lanceurs d’alerte.

Pour créer davantage la panique, 60 millions de consommateurs écrit que les résultats de son analyse (sur 43 enfants et adolescents habitant « sur tout le territoire » français et âgés de 10 à 15 ans), soit 23 à 54 molécules (34 en moyenne) par cuir chevelus – ce n’est pas nouveau, on trouve tout et n’importe quoi dans les cheveux des gens – « suggèrent fortement » que les petits Français sont « tous contaminés ». Heu… Comment dire ? Le Petit Larousse définit la contagion comme étant la « transmission d’une maladie d’un sujet malade à une personne saine. (La contagion peut être directe, indirecte [par l’intermédiaire d’un animal ou d’un objet contaminé] ou, le plus souvent, mixte.) ». Et là, on n’a pas compris de quelle maladie on parlait. Le célèbre dico propose une seconde définition : « Transmission involontaire d’un état affectif ; propagation : Contagion du rire. » Ou contagion de la peur ? C’est le seul risque couru par nos têtes blondes et leurs parents à court terme.

La dépêche de l’AFP se veut ensuite pédagogique : « Les perturbateurs endocriniens (PE) sont des substances présentes dans de nombreux produits du quotidien (cosmétiques, jouets, peintures, contenants alimentaires…), qui perturbent le système hormonal et peuvent générer maladies et anomalies. » Tiens, tiens… Aucune mention d’un des perturbateurs endocriniens les plus puissants, l’hormone de synthèse éthinyl œstradiol (EE), principal composant des pilules œstroprogestatives. Ethinyl oestradiol systématiquement oublié dans le discours anxiogène des ONG environnementalistes françaises… vraisemblablement mal informées sur le sujet ou gênées aux entournures, chacun jugera. Les associations canadiennes, elles, ont l’air plus au courant (voir ici et ) mais il faut dire que l’exposition de la population française à l’EE est la plus forte au monde :

« Environ 55% des femmes utilisant un moyen de contraception utilisent la pilule. Ce taux atteint les 70 % pour les femmes de moins de 35 ans et avoisine les 80% pour les femmes de 15 à 19 ans. Plus 6,2% des femmes avec implants, patchs, anneaux et injections de progestatifs. »

Cela représente 80% à 90% d’une classe d’âge volontairement exposée à l’EE. Pas étonnant qu’en France, le sujet soit tabou y compris au sein des ONG qui préfèrent s’en prendre à l’industrie agroalimentaire et aux fabricants de phytos, éternels méchants aux yeux du grand public qui ne conçoit pas que les médicaments existent aussi pour les plantes et les animaux.

On résume : soit les autorités compétentes prennent des mesures sérieuses contre les PE (incluant une interdiction de la pilule) soit ils rassurent la population au moyen d’études sérieuses et indépendantes. Mais par pitié, la question est trop sérieuse, ne laissons plus de boulevard aux imposteurs de Générations Futures et autres businessmen de la peur !

(PS : Merci à Alzine)

email
Commentaires
  1. Daniel
  2. jG2433
  3. jG2433
    • Seppi

Envoyez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *