Les « défenseurs des animaux » ont eu raison du cirque Barnum

Une affiche du cirque Barnum datant de 1899

Une affiche du cirque Barnum datant de 1899.

Après 146 ans d’existence, le légendaire cirque Barnum dont le clou du spectacle était un numéro impressionnant avec des éléphants va bientôt cesser de faire rêver petits et grands outre-Atlantique. À force de procès (pourtant perdus par ceux qui les lui intentaient : en 2014, après quatorze années d’actions en justice, Feld Entertainment, le propriétaire du cirque, a obtenu 25,2 millions de dollars de dédommagements de groupes d’activistes !) et de campagnes d’intimidation, les associations qui prétendent défendre le bien-être animal comme PETA (People for the Ethical Treatment of Animals) ou HSUS (Humane Society of the United States) ont fini par convaincre l’institution de mettre au printemps dernier ses pachydermes au chômage. Sauf que cette décision va entraîner la mise au chômage de pas mal d’humains. En effet, « nous avons tout de suite constaté une baisse des spectateurs plus importante que prévu. Nous fermons le cirque parce que sans les éléphants la rentabilité n’est plus assurée », explique Juliette Feld, sa dirigeante. De quoi réjouir les associations extrémistes. comme PETA qui a tweeté : « Victoire ! Après 36 ans de protestation, #RinglingBros Circus fermera en mai », qualifiant au passage le spectacle de « the saddest show on earth » (« Le spectacle le plus triste sur Terre »), en référence au fondateur qui, dès 1872, le qualifiait, lui, de « meilleur spectacle sur Terre » (« the Greatest Show On Earth »). Le dernier spectacle aura donc lieu le 21 mai à New York. Merci les écolos !

email
Commentaire
  1. Dan

Envoyez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *