Mortalité des abeilles : le Gaucho était innocent (on le savait !)

abeilles

La Cour de cassation a confirmé le 4 janvier dernier, l’arrêt rendu par la cour d’appel de Paris le 15 avril 2015 (qui confirmait lui-même l’ordonnance de non-lieu du juge d’instruction du parquet de Paris d’avril 2014) dans l’affaire concernant le traitement de semences néonicotinoïde, faisant suite à une plainte de l’Unaf (Union nationale de l’apiculture française), rapporte La France Agricole le 10 janvier. De quoi réjouir Bayer qui regrette dans un communiqué que l’interdiction de l’usage des produits de cette famille, dans le cadre de la loi sur la biodiversité de juillet 2016, « ne résolve pas les causes principales et réelles de mortalité des abeilles ». De quoi « (mettre) un terme à une procédure qui aura duré près de 16 ans », confirmer que « les causes de mortalité des abeilles sont multifactorielles » et que le Gaucho « lorsqu’il est utilisé dans le respect des bonnes pratiques agricoles est hors de cause dans la mortalité des colonies d’abeilles », ajoute l’entreprise. Elle conclut :

« La récente loi sur la biodiversité adoptée en juillet 2016 et qui interdit l’usage des produits de la famille des néonicotinoïdes ne permet donc pas de résoudre les causes principales et réelles de mortalité des abeilles. Elle prive en outre les agriculteurs français d’outils sûrs, efficaces et compétitifs, sans que pour l’heure aucune solution alternative durable ne leur soit proposée. »

email
Commentaire
  1. Daniel

Envoyez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *