Greenpeace pousse Michel-Edouard Leclerc à la surenchère

greenp1Les commentaires que nous écrivions il y quelques jours au sujet de la volonté de Michel-Edouard Leclerc, patron des enseignes du même nom de se soumettre aux exigences de Greenpeace se confirment. Et c’est l’ONG elle-même qui le déclare sur son site « agriculture » :

L’enseigne numéro un du secteur, E.Leclerc, a longtemps fait de la résistance (manque de transparence, ignorance face à nos interpellations…). Jusqu’à cet été, l’enseigne restait sourde à nos demandes. Mais nos différentes actions pour la faire réagir, allant du blocage de la centrale d’achats Socamil, à la mobilisation de nos militants à Landerneau, en passant par les milliers de signatures demandant à Michel-Edouard Leclerc de prendre ses responsabilités, n’auront pas été vaines.

Lors d’un rendez-vous, les dirigeants d’E.Leclerc ont finalement accepté de s’engager vers une réduction des pesticides de 50% d’ici à 2020.

 

Et l’on découvre que Greenpeace a lancé de véritables injonctions au fleuron français de la grande distribution :

Le leader de la grande distribution devra nous faire parvenir la version finale de son plan d’actions. Nous avons notamment demandé que soient incluses des mesures concernant l’élimination des molécules les plus dangereuses pour la santé et l’environnement, ainsi que des propositions pour accompagner les agriculteurs vers le changement (soutien technique, voire financier) comprenant une sécurité contractuelle pendant la période de transition.

On comparera cette tonalité avec l’apparente liberté affichée par Michel-Edouard Leclerc dans sa tribune publiée la semaine dernière. Liberté aussi palpable que le vent!

 

 

email
Commentaires
  1. Martine Roux
    • M
  2. Visor
    • Remi Aubry
  3. Remi Aubry