Interdiction des granulés raticides : le nombre de rats explose à Paris

 

rats

Alors qu’une directive européenne empêche désormais les dératiseurs de répandre des granulés raticides, le nombre de rats augmente dans la capitale avec, à la clef, « des problèmes sanitaires, esthétiques et économiques ». De quoi décider Paris à « (lancer) un plan d’action à grande échelle ». Reste que « nos moyens de lutte ont donc été réduits et nous avons dû trouver d’autres solutions pour enrayer ce phénomène », explique le Dr George Salines, chef des services parisiens de santé environnementale et en charge du plan d’action, au Figaro. Celui-ci consiste à fermer provisoirement des squares (comme ceux de Cambronne et Garibaldi depuis le 22 novembre) et même, partiellement et successivement, certaines parties du Champ de mars pour y poser des appâts anticoagulants qui provoquent des hémorragies internes chez le nuisible. De quoi faire regretter aux Parisiens, déjà mal lotis en matière de squares et de parcs (la capitale ne compte que 5,8 m2 d’espace vert par habitant ou 14,5 m2 avec les bois de Boulogne et de Vincennes, contre 36 m2 à Amsterdam, 45 m2 à Londres, 59 m2 à Bruxelles ou encore 321 m2 à Rome), les fameux granulés interdits ! Ce n’est pas tout, « nous allons devoir repenser les espaces verts », trop « propices au développement des rats » continue le Dr Salines.

« Pendant deux ans, la lutte contre les rats a été ralentie par une réorganisation des services de santé de la ville et par un changement dans les réglementations européennes sur les produits raticides, avance Le Monde qui cite le Dr George Salines : « nous n’avons plus le droit de mettre des granulés empoisonnés que nous utilisions à la sortie des terriers dans les parcs ». Résultat : une population en hausse (chaque couple de rats peut avoir près de 1 000 descendants en un an !) et « de plus en plus de signalements » de Parisiens. Alors, aujourd’hui, il s’agit de « répondre à l’urgence ». Le quotidien du soir juge toutefois le plan d’action « un peu vague » (« coopération élargie à d’autres services de la ville (la propreté et les espaces verts) », « à plus long terme, (…) intervention sur le bâti », « opération de communication et de sensibilisation auprès des Parisiens »…) et précise qu’aucun budget n’a été défini.

A force de se priver des moyens (efficaces) d’action pour des raisons idéologiques, on en arrive à ce proverbe shadok : « Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ».

Marseille est encore plus touchée que Paris (on parle de dix millions de rats !) et ne semble, elle, pas respecter la nouvelle règlementation européenne. Les causes sont multiples (hygiène, poubelles, travaux, bâti abandonné, etc.), la coordination entre services, privé et public, insuffisante mais « lorsque la Ville répand des granulés, ça fonctionne », explique un commerçant dans les colonnes de La Provence.

email
Commentaires
  1. Zygomar
  2. Zygomar
  3. Alzine
    • Douar
      • Visor
        • christine
      • jG2433
    • taverne
  4. Zygomar
  5. alzine
    • jG2433
  6. Félix
    • isoproturon
  7. Alzine
  8. Alzine
  9. Marco
  10. Alzine
    • Visor
        • Visor
  11. Paysan breton
    • Visor
  12. Zygomar