Cancers : les agriculteurs moins touchés

agriculteur

Voilà une idée reçue mise à mal : contrairement à ce que nous serinent certaines ONG écologistes et de nombreux médias complaisants, les agriculteurs vivent plus longtemps que le reste des Français et sont moins touchés par de nombreux cancers que la moyenne, même si des progrès peuvent encore être faits. C’est ce qu’il ressort de l’enquête Agrican dont Pierre Lebailly, coordinateur, a présenté les étonnants résultats le 24 novembre dernier à un colloque intitulé « Santé au travail » et organisé à l’Université de Bretagne Occidentale.

Des cancers de la prostate pourraient être évités. Dans Le Télégramme de Brest, il explique que « les chefs d’exploitation agricole ont une espérance de vie supérieure à la population générale » même si « c’est plus vrai pour les hommes que pour les femmes » et « l’inverse pour les ouvriers agricoles ».

« Le cancer de prostate », plus courant chez les agriculteurs, « est lié à l’utilisation d’insecticides sur les bovins, personne n’avait regardé cela jusqu’à présent », révèle Pierre Lebailly. « Comme ce sont des médicaments vétérinaires, c’est souvent considéré comme non dangereux et les agriculteurs prennent moins de précautions que lorsqu’ils épandent dans les champs ces mêmes molécules, parce qu’ils ne savent pas que c’est le même produit. »

Une meilleure utilisation pourrait donc diminuer fortement les risques, un peu comme une installation électrique aux normes permet de réduire fortement les risques liés à l’électricité, cet « effet du déplacement de particules chargées, à l’intérieur d’un ‘conducteur’, sous l’effet d’une différence de potentiel aux extrémités de ce conducteur » dont personne n’aurait l’idée de nier la dangerosité pour l’homme ni la nécessité de s’en servir en diminuant les risques au maximum.

Moins de cancers du poumon. Pierre Lebailly ajoute que « les éleveurs de bovins font moins de cancers du poumon, même si on tient compte du tabagisme. On est les premiers à montrer ça : un éleveur qui est né dans une exploitation d’élevage bovin va être protégé du cancer du poumon, mais celui qui n’est pas né dans un élevage ne bénéficiera pas de cette protection même s’il devient éleveur. Les gens qui travaillent dans l’industrie du textile font aussi moins de cancers du poumon. Ce serait lié à une toxine produite par des bactéries se développant sur un végétal, soit le coton soit la paille. À certaines doses, ces toxines auraient un effet stimulateur du système immunitaire. »

Idem pour le cancer du sein chez la femme : « à nouveau, l’élevage bovin serait protecteur, mais on ne sait pas pourquoi ».

Les agriculteurs ont par contre davantage de cancers du sang et les agricultrices de cancers de la peau. La faute, pour ces dernières, à l’exposition au Soleil ? Dans le doute, on suggère aux ONG de demander l’interdiction de l’astre et de taxer ses rayons, cela devrait faire avancer le schmilblick !

email
Commentaires
  1. Douar
    • jG2433
  2. Zygomar
    • Roger
  3. Zygomar
  4. Zygomar
  5. Alzine
  6. Alzine