Le bourbier Notre Dame des Landes

nddlCa monte, ça monte, … la tension du côté de la ZAD de Notre Dame des Landes. « Nous sommes dans une chronique de l’affrontement violent annoncé », écrit le politologue Eddy Fournier dans le Monde il y a quelques jours.

Et du côté des Zadistes, on se prépare à parer les attaques des forces de l’ordre avec des exercices, des formations …complaisamment suivis par la presse alter’ comme Reporterre, qui répercute sans vergogne la justification de la part d’un « militant » du recours à l’action violente et au sabotage. Une interview éclairante sur la montée d’une nouvelle radicalité dans les milieux alter et d’extrême gauche avec une bienveillance intellectuelle d’une partie de la presse.

En réalité les anti Notre Dame des Landes font le pari que le gouvernement ne déclenchera pas les opérations d’évacuation pour deux raisons. Premièrement, le démantèlement du camp de Calais va mobiliser beaucoup de personnel et risque de durer. Les forces de l’ordre ne peuvent pas être partout.

Le second point est plus important. François Hollande prendra-t-il  le risque à 6 mois de l’élection présidentielle d’une opération d’évacuation qui risque d’être extrêmement violente sous l’œil des caméras? Sur ce dernier point, les dernières déclarations de Ségolène Royal indiquent clairement le sens.

Comme à Sivens, la logique violente monte en puissance avec un risque politique majeur : la mort d’un militant ou d’un membre des forces de l’ordre. Faut-il rappeler qu’en amont de la nuit du samedi au dimanche de la mort de Remy Fraisse, une manifestation était organisée sur le site de Sivens? Tous les organisateurs savaient où seraient stationnées les forces de l’ordre. Cela avait été négocié avec la préfecture. Comme par hasard, dès la fin de l’après-midi du samedi, des groupuscules ont mené un harcèlement sans relâche des forces de l’ordre. Bien évidemment, la « façade légale » anti barrage de Sivens n’était pas là mais elle a laissé faire. A Sivens, les anti ont exploité l’opportunité politique aprés la mort de Remy Fraisse. Ils ont gagné. A Notre Dame des Landes bis repetita ?

email
Commentaires
  1. jG2433
    • simple-touriste
    • jG2433
  2. Visor
    • Douar
  3. Marco
    • Alzine
    • Seppi
    • Marco

Envoyez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *