Bureaux aveuglé par son militantisme

La pyrale du buis (Cydalima perspectalis)

Le pyrale du buis

Claude Bureaux, maître jardinier de France au Jardin des Plantes de Paris, est-il victime de son incompétence ou de son militantisme anti-produits phytosanitaires ? Nous penchons pour la deuxième possibilité.

En effet, selon lui, « l’INRA, (la recherche agricole) et les fédérations régionales de lutte contre les organismes nuisibles n’ont pas encore trouvé de traitement efficace pour lutter contre le dépérissement des buis. »

Aussi sur le site de France Info conseille-t-il à Annie, de Montfavet dans le Vaucluse, qui lui a fait parvenir « de désolantes photos de ses buis », « l’arrachage et la destruction des pieds entièrement dégradés », « en espérant la découverte, bientôt, de moyens de lutte efficaces » ose-t-il ajouter.

Mark Jones, le premier producteur français de buis, qui travaille avec les agronomes du ministère de l’Agriculture sur différents projets collaboratifs, juge lui que, lorsque ce traitement biologique est insuffisant, il peut et il doit y avoir recours à un insecticide chimique. « Il en existe un respectueux des (insectes) auxiliaires (des cultures). Il s’agit du diflubenzuron », recommande Mark Jones dans les colonnes du Figaro.

Ce n’est sans doute même pas une option pour Claude Bureaux, lui qui appelle en fin d’article les internautes à « (déstocker leurs) pesticides » : « ce week-end, débarrassez-vous des pesticides indésirables et inaptes à être remis en déchetterie ». Tant pis pour les buis de Annie et des autres Français, victimes des champignons agresseurs et des pyrales !

email
Commentaires
  1. AlainCo (@alain_co)
    • Visor
  2. dany
  3. dany
  4. Bebop76

Envoyez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *