Ha, si les journalistes vérifiaient leurs informations

sans-titreCe matin sur RTL, Nicolas Domenach a pourfendu le journaliste low cost avec l’exemple de l’affaire du short à Toulon. Il s’agit de ces femmes qui auraient été agressées par des islamistes en raison de leur tenue.  La rumeur sur cette police islamiste de Toulon a été reprise par le Parisien, BFM, le Parisien… et également par les hommes politiques.

Il y a bien eu agression mais par des « petits cons » méritant de sévères pétitions selon Hubert Falco, maire de Toulon. « J’ai même dû sonner les cloches de connards de mon parti ». Et Nicolas Domenach de conclure : « Rares sont les journalistes qui ont corrigé le tir ». « Cela ne veut pas dire que certains islamistes ne cherchent pas à imposer leur mode de vie » poursuit Domenach mais « attention aux marchands de peur qui manipulent les faits »

Et de conclure : « Il est plus facile de caresser le ventre d’un lion que d’arracher les ailes de la rumeur aigre qui siffle et volète comme un moucheron » (V. Hugo).

email
Commentaires
  1. Alzine
  2. Alzine
  3. Alzine
  4. Alzine
  5. Alzine
    • Seppi

Envoyez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *