EELV met en garde contre les nouveaux désherbants «Bio»

herbsfollesNon, ce n’est pas alerte-environnement qui le proclame…mais la section EELV des Deux-Sèvres ! Dans un texte surréaliste dont la tonalité est étonnamment très scientifique, EELV 79 réagit « suite à un article paru dans la presse locale le 15 juin. »

« Le maire de la commune de Saint-Pardoux se félicite de la mise en place sur sa commune de désherbage «bio» avec des produits naturels », nous rappelle les écologistes qui souhaitent donc attirer  l’attention des lecteurs, ainsi que des communes « qui seraient tentées par cette approche, sur la dangerosité de cette dérive qui se pose comme une avancée écologique mais qui n’en est pas une… du tout. Le désherbant en question est l’acide pélargonique qui appartient à la famille des acides gras. Cette molécule est naturellement présente dans l’environnement mais demeure néanmoins un pesticide nécessitant une Autorisation de Mise sur le Marché (n°AMM). »

[…]L’acide pélargonique est une molécule dangereuse, il suffit de consulter les différentes Fiches de Données de Sécurité fournies par les fabricants de cette molécule pour s’en rendre compte. C’est une molécule corrosive qui provoque des brûlures de la peau et des lésions oculaires graves pouvant aller jusqu’à une perte de la vue ! Si inhalée elle peut provoquer des lésions des voies respiratoires.

Les données écotoxicologiques, même si elles sont fragmentaires, indiquent une dangerosité vis à vis des écosystèmes aquatiques plus importante que celle du glyphosate (teste Daphnie : CE50 de 64 à 119 mg/l pour l’acide pélargonique contre 243mg/l pour le Roundup) ! L’acide pélargonique est d’ailleurs classé comme étant dangereux pour l’environnement par certains fournisseurs de l’Amérique de Nord. »

Vous avez donc bien lu : EELV dénonce un « pesticide bio » plus dangereux que le glyphosate, ce qui est en l’occurrence parfaitement exact.

Rassurez-vous, les militants écologistes reviennent à la fin de cette déclaration à leurs premiers amours : les herbes folles ! : « Mais surtout il est grand temps de changer notre regard vis-à-vis des Herbes Folles. Elles ont toute leur place sur nos trottoirs et aux pieds de nos murs. De multiples villes et communes l’ont déjà compris ! »

Reste à savoir si dans la logique de cette déclaration étonnante, EELV va aussi se mettre à condamner le cuivre, particulièrement dangereux pour les sols, l’huile de neem, perturbateur endocriniens avéré, etc.

email
Commentaires
  1. aatea
  2. Visor
  3. Laurent Berthod
  4. Douar
    • Visor
      • yann

Envoyez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *