Ecoles / agriculteurs : le flicage ce fait que commencer

Sans titreOn croyait jusqu’alors que seules quelques régions seraient concernées par la paranoïa anti-phytos. On apprend maintenant que c’est dans le Lauragais que des parents se déclarent inquiets : Vers la fin de l’année 2015, la directrice du Regroupement pédagogique intercommunal (RPI) deTrébons-sur-la-Grasse, Maurémont, Les Varennes, Cessales et Saint-Germier, Nathalie Cadenel, est interpellée : certains parents sont inquiets concernant des épandages qui ont été faits dans les champs situés juste à côté de l’école maternelle de Trébons- qui fait aussi garderie – alors que les enfants jouaient dehors.

A la demande du maire de la commune, l’agriculteur « a compris et a cessé ses épandages en présence des élèves ».

Le pire vient ensuite :
Les inquiétudes concernent aussi l’établissement de Cessales, où sont scolarisés les élèves de CM2. La mairie a racheté une partie d’un bâtiment agricole dans les années 30 pour y faire l’école, l’autre partie est toujours utilisée par un agriculteur qui s’en sert pour stocker son matériel (des bidons et un tracteur notamment).

Un couple, qui ne souhaitait pas interpeller la presse et qui veut rester anonyme, a fait part de ses craintes à d’autres parents. Le père s’interroge :
Je ne veux pas stigmatiser les agriculteurs qui nous nourrissent et qui font un métier difficile, mais j’aimerais savoir, par exemple, ce qu’il y a dans les bidons… Des produits phytosanitaires ? Si c’est le cas, est-ce qu’il n’y a pas un risque que ces produits s’évaporent et mettent en danger la santé de nos enfants qui jouent dans la cour juste à côté ?

Faudrait expliquer à ce monsieur que l’agriculteur n’a pas vraiment intérêt à ce que ses produits s’évaporent, ils coutent déjà assez chers ! et le maire, Emmanuel Pouilles, de préciser : « Il y a des contrôles, on ne fait pas n’importe quoi avec les produits : les bidons doivent être fermés, les tracteurs rincés après l’épandage, etc. Et il m’a justement dit qu’il avait été contrôlé il n’y a pas longtemps et que tout était en règle. C’est un professionnel qui, certes, n’est pas en bio mais qui a toujours fait attention. »

Et enfin, on voit les dégâts causés par Elise Lucet :

Ces questions n’avaient jamais été soulevées auparavant et ces débats m’ont fait évoluer, reconnaît la directrice du RPI, Nathalie Cadenel. J’ai regardé le documentaire d’Élise Lucet (voir encadré ci-dessous). Avant, je n’étais pas au courant des risques pour la santé de nos enfants. Je n’imaginais pas que ça pouvait nous concerner dans le Lauragais. On ne peut pas rester indifférents. Demander aux agriculteurs un peu de civisme est une première étape, mais c’est surtout aux politiques qui nous gouvernent d’interdire ces produits dangereux. ».

En clair : RAS dans ces écoles…mais on demande aux agriculteurs de faire preuve «  de civisme » ! Le monde à l’envers…

email
Commentaires
  1. Zygomar
    • roger
  2. yann
  3. Malta
    • Douar
      • Laurent Berthod
    • yann
    • roger
      • Laurent Berthod
  4. Alzine
  5. Alzine
    • Seppi
      • Laurent Berthod
      • roger
        • Seppi
  6. Alzine
  7. Thibault
  8. Alzine
    • Seppi
  9. Alzine
  10. Alzine
    • Seppi
  11. MARCO
    • Seppi
  12. Listo
  13. MARCO
  14. Alzine
    • un physicien
      • Moustique
    • MARCO
    • Visor
      • Moustique
  15. Alzine
    • Seppi
      • Visor
        • Alzine
      • Moustique
  16. Alzine
    • Visor
  17. Zygomar
  18. Moustique