Brexit : quand Greenpeace prend quelques libertés avec les faits

BrexitIl est de bon ton depuis quelques semaines de sortir « son » analyse du Brexit…et Greenpeace ne déroge pas à la règle en prenant évidemment quelques libertés avec les faits. On lit ainsi dans cet article d’Euractiv :

Pour Greenpeace, l’indécision de l’UE sur le glyphosate illustre le manque de responsabilisation de l’exécutif, qui a contribué à alimenter le sentiment anti-UE en Grande-Bretagne.
« La Commission ne rend pas public le vote des pays, la procédure est donc complètement opaque », regrette Franziska Achterberg, conseillère sur les politiques alimentaires au bureau européen de Greenpeace. « Certains États membres, comme l’Allemagne, ont continué à s’abstenir jusque dans le comité. Seules la France et Malte ont finalement voté contre. Comment expliquent-ils ces abstentions au peuple ? »
« Y a-t-il une conclusion à en tirer sur la manière dont l’Europe fonctionne ? Absolument. Il y a clairement un problème de responsabilité. On a l’impression que “l’Europe” prend des décisions, mais personne ne sait ce qu’il se passe aux réunions. S’ils veulent rendre l’UE plus transparente, c’est le moment », estime-t-elle

Si les paysans anglais ont voté le Brexit, ce n’est surement pas à cause d’une affaire comme celle du glyphosate, c’est qu’ils en ont marre de la surréglementation de Bruxelles et de son corollaire : la surenchère écologiste.

Une nouvelle preuve de la déconnexion de Greenpeace avec la réalité.

 

email
Commentaire
  1. Karg se