Saint Jean (Haute Garonne) : les agriculteurs font entendre la réalité

Aubergines-puceronsNon content de prendre des arrêtés anti-phytos à la légalité discutable, Gérard Bapt député et adjoint au maire de la commune de Saint Jean avait invité le 20 juin dernier le banc et l’arrière banc des militants écologistes en vue d’une réunion d’information, avec notamment  le Professeur Sultan et François Veillerette. Hélas pour eux et pour leur propagande, les agriculteurs étaient là. Extrait du compte rendu fait par le Trait d’union paysan, journal agricole local :

« Le tableau était assez apocalyptique. Même si Marie-Dominique Vézian annonçait d’emblée qu’il n’était pas question de stigmatiser la profession agricole, les diverses interventions de la tribune ne laissaient planer aucun doute. Les agriculteurs utilisent des poisons dangereux et il faut que cela cesse. Malformation des nouveaux nés, explosion des cancers chez les agriculteurs, hécatombes chez les abeilles, les chiffres assénés étaient vertigineux. Trop peut-être, à l’image du Professeur Charles Sultan, endocrinologue au CHU de Montpellier, qui annonçait, scandalisé, que la « France achète 80 millions de tonnes de pesticides ». Avant de descendre à 70 millions et de reconnaître enfin que le chiffre exact est… 65.000 tonnes. Une erreur de 1 à 1.000 qui n’a pourtant pas eu l’air de le chiffonner outre mesure. »

[…] Quant à la présentation de François Veillerette, médiatique porte-parole de l’association Générations Futures, elle confirmait ce qu’en disent ses détracteurs. La projection expresse de petites diapositives illisibles voulait dénoncer la contamination par des perturbateurs endocriniens d’enfants vivant près d’une zone agricole. Si l’étude a fait le buzz dans les médias, scientifiques et statisticiens se sont tous étonnés qu’on ose tirer des conclusions aussi péremptoires d’une étude qui porte sur… 30 personnes. En comparaison, l’étude Agrican de la MSA, sur l’état de santé des agriculteurs et salariés agricoles, portait sur 180.000 personnes.

Comment les agriculteurs ont-ils répondu ? En parlant tout simplement de leur quotidien : Venez voir les agriculteurs et parler leur, au lieu de rester sur des idées préconçues de notre façon de travailler », plaidait une jeune agricultrice d’Auterive. « Mes aubergines sont attaquées par des pucerons et la lutte biologique avec des coccinelles coûte le double d’un traitement, alors que ma marge est déjà presque nulle. Que feriez-vous à ma place ? » demandait un maraîcher d’à peine 20 ans.

Conclusion :  Les échanges qui ont eu lieu à la sortie de la mairie montraient que certains arguments des agriculteurs avaient porté. Mais il y a encore beaucoup à faire pour convaincre.

Merci à ces agriculteurs d’avoir fait entendre une autre voix en face de ces militants au discours aiguisé et habitués aux interventions médiatiques. Dans le cas présent, les agriculteurs ont principalement choisi de répondre à travers la description de leur travail, tout en réfutant les chiffres les plus fantasmatiques donnés… par un supposé scientifique. Même s’ils n’ont pas voulu rentrer sur le terrain technique, celui-ci est fondamental. Pour se former, rien de tel qu’une lecture régulière de notre blog…

email
Commentaires
  1. Koeléria
  2. douar
    • un physicien
      • douar
        • un physicien
  3. Koeléria
    • Bebop76
    • Seppi
    • yann
    • VISOR
      • Koeléria
        • VISOR
          • Koeléria
        • Alzine
  4. Alzine
    • yann
    • Koeléria
      • yann
        • Koeléria
      • yann
  5. Alzine