Quand le FN soutient la conf’

François nous fait suivre cet article paru dans l’hebdomadaire « l’hebdo de Sèvre et Maine » le 16 juin dernier. Cet article fait suite à la décision du conseil régional des Pays de la Loire de réduire sa subvention accordée à la Confédération paysanne (60 K€ en moins),

« Subventions du conseil régional : le FN refuse le favoritisme

Pays de Loire. Après la gauche (lire l’Hebdo de Sèvre et Maine du 9 juin), c’est le Front National qui a refusé de « subventionner de façon inéquitable les différents syndicats agricoles ». Un commentaire qui fait suite à la coupe dans l’aide accordée à la Confédération Paysanne.

« Avec 110 000 € accordés, la majorité a persisté dans sa volonté de favoriser la FRSEA au détriment des autres syndicats (60 000 € en moins pour la Confédération Paysanne, l’obligeant à licencier ainsi qu’à réduire ses activités). C’est une somme exorbitante comparée à celle versées aux autres syndicats » estime Pascal Gannat, chef de file. «  La majorité justifie cette inégalité par l’artifice juridique de la représentation proportionnelle des syndicats à la Chambre d’agriculture. Mais il est surtout vrai que la FRSEA correspond, peu ou prou, à la vision de l’agriculture défendue par Bruno Retailleau et ses amis : productiviste, industrielle et standardisée, d’après les standards de la politique agricole commune (PAC). » Le Front National s’étonne que « la majorité, si généreuse quand il s’agit de verser de très grosses sommes d’argent à des organismes, telle subvention de plus de 210 000 € pour des associations tiers-mondistes qui agissent à l’étranger…, rechigne à subventionner décemment la Confédération Paysanne, qui promeut une agriculture respectueuse de l’environnement et du consommateur ». Le FN rappelle qu’il n’entretient « aucune proximité de principe ou d’intérêts avec la Confédération Paysanne », mais « faire passer sa subvention de 100 000 € à 40 000 € dans un contexte d’absence de restriction globale nous parait vexatoire ». »

C’est effectivement assez croustillant, nous commente François, venant d’un parti aux positions a priori à l’opposé du syndicat « paysan ». Sauf que sur ces questions, en particulier les OGM, les deux organisations se rejoignent largement !

Précision de François : le conseil général de Loire Atlantique tentera de compenser comme d’habitude par le biais de subventions accordées à des associations idéologiquement proches (Groupement des Agriculteurs Biologistes de Loire-Atlantique par exemple), mais l’argent commence quand même sérieusement à manquer…

email