La pomme toxique ou l’histoire d’une désinformation virale

Sans titreLa désinformation ne réclame jamais beaucoup de moyens. Preuve en est encore cette vidéo de qualité très médiocre qui circule actuellement sur le web et issue de la page Facebook de « manger vivant » (près de 5 millions de vues !) qui, nous écrit le Monde, alerte sur les supposés dangers des fruits commercialisés en supermarché. On y voit un homme verser de l’eau chaude sur une pomme, ce qui fait apparaître une fine pellicule de « cire toxique ».

Pour une fois, le journal de référence ne tombe pas dans le panneau et fait un décryptage plutôt bien fait :

-aucune information sur l’origine de cette vidéo : le propriétaire de la page Facebook n’a pas répondu à nos sollicitations pour en connaître la source mais la personne à l’image ne parle pas français. On trouve sur Internet la trace d’autres vidéos du même type, mais avec la même limite : aucune ne semble avoir été tournée en France.

-La présence de cire sur une pomme n’est en rien un danger. Quant au produit incriminé par « Manger vivant », la morpholine, il est interdit en France : La substance mise en cause dans ce statut Facebook, la morpholine, est, elle, interdite en Europe, rappelle au Monde l’Interfel, l’association interprofessionnelle des fruits et légumes frais. On n’en trouvera donc pas dans les produits utilisés en France (sauf en présence d’une éventuelle fraude).

Le Monde aurait pu s’en arrêter là mais fait aussi un point sur les pesticides : Car si l’usage des pesticides est largement répandu dans la culture des pommes, cela ne veut pas forcément dire que les fruits en eux-mêmes en contiennent plus que ne l’autorise la loi. Une étude de la DGCCRF (Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes) réalisée en 2010 sur 2 917 échantillons a ainsi conclu que 1,4 % des légumes et 1,7 % des fruits testés dépassaient la teneur maximale en pesticides autorisée. Mais aucune pomme analysée n’entrait dans ce cadre.

Une autre étude de l’INRA, fondée sur des données de 2009, montrait par ailleurs que les pommes bio n’étaient pas exemptes de traitements à base de pesticides (avec tout de même des doses et des nombres de pulvérisations inférieurs). Le ministère de l’agriculture conseille donc, dans tous les cas, de laver ses fruits et légumes pour en réduire les traces.

A quand un tél décryptage des articles de Stéphane Foucart ?

 

 

 

 

email
Commentaires
  1. Alzine
  2. loup garou
    • Seppi
  3. Alzine
  4. Alzine
  5. Alzine
  6. Elise
    • verite