« Après le RoundUp, n’oubliez pas d’interdire le saucisson »

"Après le RoundUp, n'oubliez pas d'interdire le saucisson"

C’est le titre, certes provocateur, du blogueur libéral Guillaume Nicoulaud, qui réagit à une vidéo de propagande anti-glyphosate (un produit phytosanitaire notamment contenu dans le RoundUp) déjà vue plus de 44 000 fois sur YouTube. En effet, rappelle-t-il, « le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), un organe de l’OMS, a classé le glyphosate dans la catégorie « probablement cancérigène » (le groupe 2A). Concrètement, ça signifie que les chercheurs du CIRC pensent que le glyphosate est cancérogène mais ne sont pas en mesure de le prouver. »

Guillaume Nicoulaud fait mine de s’interroger : « Pourquoi l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) n’envisage-t-elle pas d’interdire le RoundUp ? Eh bien parce que c’est une agence de sécurité alimentaire qui, contrairement au CIRC dont le métier consiste seulement à identifier les sources possibles de cancer, cherche à quantifier leur dangerosité. »

S’adressant au grand public et l’été approchant, il ose cette analogie : « Bêtement, c’est comme les radiations solaires : on sait qu’elles sont cancérogènes à trop fortes doses mais ça n’est pas pour autant que vous allez vivre dans une cave. » Et précise qu’ « après s’être dûment penché sur la question, l’EFSA estime ‘qu’il est improbable que glyphosate comporte un risque cancérogène pour les humains » (rapport du 12 novembre 2015).' »

Puis, Guillaume Nicoulaud demande à ses lecteurs d’être cohérents : « si vous estimez que le RoundUp devrait être interdit au motif qu’il est « probablement cancérigène » selon l’OMS, vous devriez aussi réclamer l’interdiction des viandes rouges (qui font également partie du groupe 2A) et surtout des charcuteries, classées dans la catégorie « cancérogènes avérés » (le groupe 1). »

Assez d’éléments pour conclure que la vidéo anti-glyphosate évoquée supra « relève de la pure propagande ».

Enfin, à ceux qui veulent voir le lobbying de Monsato derrière les études qui innocentent le RoundUp, le blogueur rappelle que, « d’une part, c’est vraiment prendre les gens de l’EFSA pour des imbéciles (ou pire…) et que, par ailleurs, Monsanto a aussi des concurrents pour qui une éventuelle interdiction du glyphosate vaudrait une petite fortune. Je dis ça… » Sans oublier que la formulation du RoundUp elle-même est entrée dans le domaine public en 2000. On pourrait par conséquent penser que même Monsanto pourrait avoir intérêt à son interdiction, histoire de le remplacer par des produits plus récents, moins concurrencés donc plus chers dont il est propriétaire des formules…

email
Commentaires
  1. Adrien
    • douar
      • Zygomar
  2. Alzine
  3. Alzine
  4. Alzine
  5. Alzine
  6. Alzine
  7. Alzine
    • Laurent Berthod
    • Zygomar
  8. Alzine
  9. Zygomar
  10. Alzine