Phytos : Stéphane Foucart (Le Monde) affabulerait-il?

Sans titreDans sa chronique « Le paradoxe de la Reine rouge » publiée le 9 mai 2015 par le journal de référence Le Monde, Stéphane Foucart reprend encore une fois le vieux poncif « l’utilisation des phytos augmente alors que les rendements restent au même niveau ». Cela méritait une cure de « désintox » dont s’est chargé par quelques tweets le site Agriculture et environnement.

Le cœur de l’argumentation de Stéphane Foucart contre les néonicotinoides est une fable largement répandue dans les milieux anti agricole : « l’utilisation de pesticides croît ainsi sans fléchir, mais les rendements de l’orge, du blé et du maïs n’augmentent plus depuis le milieu des années 1990. Ceux du colza plafonnent depuis le milieu des années 1980. Ceux du tournesol depuis la fin des années 1970. » Argumentation reprise dans ce tweet :

Visiblement, Stéphane Foucart ne sait pas lire les graphiques qu’il diffuse ! Ils disent le contraire…. Réponse de Gil Rivière-Wekstein :

Sur certains phénomènes de stagnation, on peut aussi lui conseiller de consulter la page mise en ligne par Arvalis et surtout de regarder l’interview réalisée en 2009 du directeur scientifique de cet institut.

Dans le genre mauvais esprit, le journaliste conteste la baisse des quantités de pesticides utilisés depuis les années 90. Pour lui, seul l’indicateur Nodu est pertinent mais il oublie de préciser dans son tweet en réponse à Gil Rivière-Wekstein que cet indicateur est calculé que depuis peu d’années. Le militantisme conduit a torturer les faits.
Désolé M. Foucart ; l’agriculture depuis 30 ans produit plus et mieux. A sa décharge, il n’est pas le seul à sévir dans la presse parisienne sur la question des néonicotinoides !

email
Commentaires
  1. Marco
  2. Alzine
  3. Alzine